Deux récits de pèlerinage du xve siècle conservés à la Bibliothèque municipale de Lille

[Par Cléo Rager, post-doctorante ERC AGRELITA]

Pour les hommes et les femmes de la fin du Moyen Âge, une des voies d’accès privilégiée à la Grèce ancienne est le voyage, très souvent motivé par la visite d’un lieu de dévotion. Nous avons conservé de nombreux récits de pèlerinage de cette époque, et notamment de la fin du XVe siècle, moment où la stabilité politique et l’essor économique expliquent une reprise des voyages. La Bibliothèque municipale de Lille conserve plusieurs récits de pèlerinage, sous forme manuscrite pour le XVe siècle et imprimée pour le XVIe siècle. Dans cette collection, deux récits manuscrits du XVe siècle, écrits en français, ont retenu notre attention.

En premier lieu, le manuscrit 179 est le récit d’un pèlerinage en Terre sainte, vers Jérusalem et le mont Sinaï, écrit par un voyageur anonyme vers 1419. En second lieu, le manuscrit 145 contient le récit du voyage vers Jérusalem effectué par Georges Lengherand, bourgeois de la ville de Mons et officier dans le comté de Hainaut, en 1485-1486. Du fait de leur nature de récit de pèlerinage, ces deux textes accordent la part belle à la description des reliques et des lieux saints, mais on y découvre aussi la curiosité des voyageurs pour les espaces traversés et leurs connaissances issues d’une culture livresque et des récits de marins. La traversée de l’espace grec donne l’occasion de remarques de diverses natures. Si ces récits, écrits à la première personne, ont une dimension narrative, ils ont aussi des fonctions édifiantes et didactiques.

La forme même de ces deux manuscrits nous révèle les fonctions plurielles qui leur sont données. Il ne faudrait pas y voir des notes de voyage prises à la volée : comme les récits de pèlerinage de cette époque, les textes sont entièrement rédigés après coup par un clerc. Remarquons le grand soin apporté à la confection de ces deux manuscrits.

Tout d’abord, le manuscrit anonyme de 1419, contient, en sus d’une reliure soignée, de nombreuses décorations.

Bibliothèque municipale de Lille, manuscrit 179, fol. 2. Photo personnelle.

Sur le premier des soixante-cinq feuillets de papier du manuscrit 179, l’initiale de l’incipit de l’ouvrage est ornée à la plume, sertie de couleurs et dorée et elle est mise en valeur par un rinceau de roses. Les initiales de chaque paragraphe sont de couleur bleue ou rouge et sont décorées à la plume de motifs filiformes. Les autres incipit de l’ouvrage, les titres ainsi que les premiers mots de chaque paragraphe sont aussi écrits à l’encre rouge. Les initiales secondaires, à l’intérieur du texte, sont dorées. Tout l’apparat décoratif suppose le travail d’un ou de plusieurs clercs expérimentés. Enfin, l’écriture de l’ensemble de l’ouvrage, sur une colonne, est soignée. Nous sommes ici face à un livre de valeur, dont la possession était réservée à des privilégiés. Grâce aux mentions portées sur le premier feuillet, on connaît comme possesseurs du registre Claude de Mirebel, puis Pierre Buisset, Jacques de le Fosse de Haubourdin et Pierre du Thoit au XVIIe siècle. En 1642, l’ouvrage rejoint les collections de l’abbaye Notre-Dame de Loos.

Bibliothèque municipale de Lille, manuscrit 145, fol. 1. Photo personnelle.

Si le manuscrit 145 de Georges Lengherand n’est pas décoré, à l’exception de la première initiale, ornée de cadelures à la plume et à l’encre noire, les premiers mots de chaque paragraphe sont en gras et l’écriture y est appliquée et régulière. Le soin porté à la fabrication et la conservation de ces livres s’explique aussi par leur caractère religieux. Ce sont des livres de piété, si l’on en croit les annotations du XVIIe siècle portées à la plume à l’avant-dernier feuillet du manuscrit 179, invoquant Dieu et Jésus.

En outre, nous sommes face à deux registres de papier de petite taille, reliés en cuir pressé et fermés ; sur l’un des plats du manuscrit 179, une étroite bande de parchemin est recouverte de corne, entourée d’un cadre en cuivre décoré, portant la mention « Voyaiges de Jherusalem et de Saincte-Katherine ». Le fermoir métallique est encore présent. Sur le manuscrit 145, des trous dans la reliure indiquent l’existence de pattes de fermoir aujourd’hui disparues.

Bibliothèque municipale de Lille, manuscrit 179. Photo personnelle.
Bibliothèque municipale de Lille, manuscrit 145. Photo personnelle.

Par rapport aux gros volumes qui remplissent les bibliothèques médiévales, nous sommes ici devant deux manuscrits portatifs, qui pouvait donc être emportés avec soi en voyage, tels des guides de voyage avant l’heure. Même si le bon état des deux registres nous incite à penser qu’ils ont surtout été conservés à l’abri, la mention portée au premier feuillet du manuscrit 179 nous renseigne sur l’utilisation du manuscrit : « a Claude de Mirebel apertient ce present livre, faisant ce voyage de Jerusallem le IIIe de mars en l’an cinquante deulx » (« Ce livre appartient à Claude de Mirebel qui a entrepris le voyage de Jérusalem le 3 mars 1552 »). Claude de Mirebel a donc utilisé ce recueil sur sa propre route vers la Terre sainte, en 1552. Quant au texte de Georges Lengherand, une autre version nous en est connue par un manuscrit conservé à la bibliothèque municipale de Valenciennes qui a également servi de guide pour un bourgeois de la ville, Louis de la Fontaine, parti sur les chemins de Jérusalem au XVIe siècle.

Ces récits de pèlerinage sont des ouvrages polyvalents, à la fonction édifiante mais aussi didactique. Le manuscrit 179 est ainsi divisé en plusieurs parties : il débute par la liste des reliques gardées dans les églises de Venise, à commencer par celles de la basilique Saint-Marc, puis, aux folios 3 v et 4, il dresse la liste des distances entre les lieux. Les chiffres des distances, données pratiques adressées aux pèlerins futurs, sont mis en avant par leur annotation à l’encre rouge.

Bibliothèque municipale de Lille, manuscrit 179, fol. 3v-4. Photo personnelle.

Lorsque l’auteur arrive à Jérusalem, à partir du folio 9, le texte fournit le détail des pardons que le pèlerin peut y effectuer.

Bibliothèque municipale de Lille, manuscrit 179, fol. 8v-9. Photo personnelle.

Ici encore, la composition se veut très pédagogique, avec une signalétique permettant au lecteur de se repérer dans la liste. Les lieux dont la visite confère la rémission complète des péchés du pèlerin sont marqués d’une croix rouge, tandis que ceux qui offrent une rémission partielle ne font l’objet d’aucun signe. On retrouve ce système de marquage dans l’ouvrage de Georges Lengherand. Puis, à partir du folio 28v, l’auteur dresse la liste des nations présentes à Jérusalem et des temples desservis. La dimension pratique du guide s’accentue encore après le folio 31 v où l’on trouve le détail estimé en ducats des dépenses à faire pour accomplir le pèlerinage à Sainte-Catherine du mont Sinaï : « Et premier, diray la despence ordinaire et neccessaire par chascune personne » (« D’abord je vous dirai la dépense ordinaire et nécessaire pour chaque personne »), à commencer par la location de chameaux et l’achat de deux outres pour y mettre l’une le vin et l’autre l’eau.

Quant au manuscrit 145, s’il est moins divers et plus volumineux (il est composé de 198 feuillets de papier), il contient tout de même des tables de distance ainsi qu’une liste des villes où le voyageur devra s’acquitter d’un impôt à l’entrée, signalées par un petit cercle à l’encre noire.

Bibliothèque municipale de Lille, manuscrit 145, fol. 192 v-193. Photo personnelle.

Du fait de leur dimension religieuse, ces récits sont tendus vers l’objectif de la Terre sainte. Le voyageur anonyme passe ainsi sous silence le trajet allant de la France à Venise, point de départ des bateaux, « car il est tres commun ». La Grèce n’est qu’une étape du voyage maritime vers Jérusalem et les voyageurs n’en découvrent que quelques endroits qui tiennent lieu de haltes aux navires, par pointillés : les ports de Coron et Modon puis les îles de Crète et de Chypre. La Crète fait l’objet d’une attention particulière chez les deux voyageurs. Georges Lengherand s’attarde sur le caractère fortifié du port d’Héraklion qui en fait le port le « plus beau que à ce jour avoye veu » (« le plus beau que j’ai vu jusqu’à aujourd’hui »). La capitale crétoise est « forte ville » et l’auteur situe les lieux de pouvoir où est rendue la justice. Tous les lieux cités sont des lieux contrôlés par la puissance vénitienne, chargée du transport des voyageurs dans des « galées ». D’un récit à l’autre, les informations données se ressemblent et concernent principalement les sujets économiques et religieux. L’anonyme de 1419 met également l’accent sur les conditions matérielles du voyage, insistant par exemple sur les noms, défauts et qualités des puits ou encore sur les précautions à prendre pour ne pas souffrir du sable soulevé par le vent. Si le passé biblique est omniprésent, le passé profane de la Grèce ne fait l’objet que de rares remarques. Lorsque, au large de l’île de Cythère, les deux pèlerins évoquent l’enlèvement d’Hélène par Pâris, c’est de manière très allusive, tel l’anonyme de 1419 : « de laquelle ille dist on que fust Helaynne, et de là Paris la ravist et mena à Troye, dont par cela destruction de Troye la grant en advint » (« c’est de cette île dont fut originaire Hélène, et c’est d’ici que Pâris l’enleva pour l’emmener à Troie, causant ainsi la destruction de Troie-la-grande »). Cette remarque, qui ne s’accompagne de nulle mention d’auteurs antiques ou de signalement de traces matérielles, provient probablement des discussions des pèlerins avec les habitants ou avec les marins. Elle est néanmoins le signe d’une curiosité des voyageurs et des lecteurs portant sur des domaines de plus en plus divers.

Pour citer ce billet : Cléo Rager, “Deux récits de pèlerinage du XVe siècle conservés à la Bibliothèque municipale de Lille”, dans le carnet de recherches AGRELITA Project ERC Advanced Grant, ISSN 2827-7031, 06/02/2023, https://agrelita.hypotheses.org/2606.



Citer ce billet
carolinecrepiat (2023, 6 février). Deux récits de pèlerinage du xve siècle conservés à la Bibliothèque municipale de Lille. AGRELITA Project ERC Advanced Grant. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/au22

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.