Un refuge au Mont Hélicon – Madeleine Valéry (c. 1573-c. 1625), huguenote et maîtresse de langue française à Leyde

[Par Alisa van de Haar, Maître de Conférences à l’Université de Leyde (Pays-Bas), chercheuse invitée en résidence ERC AGRELITA]

Le seizième siècle fut une période marquée de troubles religieux, politiques et économiques, qui eurent des répercussions sérieuses sur les vies de milliers d’habitants en France et aux Pays-Bas. Parmi les personnes qui virent leur vie bouleversée pendant cette période figure Madeleine (Magdalena) Valéry, née autour de 1573 – peu de temps après le massacre de la Saint-Barthélemy – et fille d’un notaire huguenot. Dans les premières années de sa vie, les Valéry décidèrent de quitter la France et de s’installer aux Pays-Bas, plus favorable à la Réforme. Ainsi commença une vie marquée par la migration et le déplacement : les parents de Madeleine s’installèrent à Middelburg (en Zélande), mais elle fréquentait des écoles à Bruges et Anvers, comme elle l’explique dans son ouvrage. Quand les Pays-Bas méridionaux se transformèrent en champ de bataille pendant la Révolte des Pays-Bas, les Valéry se mirent en route vers Hoorn, dans le nord de la Hollande, avant de s’installer définitivement à Leyde.

Fig. 1,  La page de titre de La montagne des pucelles. Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel, H: P 2138.8° Helmst.

Madeleine, en tant que jeune femme déracinée, montra une résilience considérable en fondant, en 1599, sa propre entreprise à Leyde, basée sur ses connaissances du français et de la mythologie grecque qui faisait alors fureur dans les milieux littéraires néerlandais. Il était d’ailleurs possible d’étudier la langue grecque à Leyde, où une université avait été fondée en 1575, mais l’accès à ces cours était restreint aux élites masculines. Les classes moyennes des grands centres commerciaux de la Hollande constataient que la connaissance du français, en tant que lingua franca du marché interrégional, était une compétence essentielle pour leurs enfants. Madeleine Valéry, parce qu’il s’agissait de sa langue maternelle, répondit à cette demande en fondant sa propre école française pour filles à Leyde qu’elle nomma La Montaigne des Pucelles, d’après le Mont Hélicon, la montagne mythique des neuf Muses.

Fig. 2, La mise en page bilingue du manuel. Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel, H: P 2138.8° Helmst.

Afin de promouvoir son école nouvellement ouverte, Valéry publia un manuel scolaire bilingue, contenant des exemples de dialogues en français avec leur traduction en néerlandais présentée en parallèle (Figures 1 et 2). Un seul exemplaire de ce livre, publié à Leyde en 1599, est connu aujourd’hui et est conservé à la bibliothèque Herzog August à Wolfenbüttel, en Allemagne. Le livre contient un poème manuscrit signé par Madeleine Valéry elle-même, qui semble avoir présenté cet exemplaire à l’un de ses contacts – le poème est dédié aux « parents et soignants » (Figure 3). De plus, elle a soigneusement corrigé à la main les errata dans cette publication.

Fig. 3, Le poème autographe de Madeleine Valéry. Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel, H: P 2138.8° Helmst.

Ce livre éducatif montrait sa maîtrise du français ainsi que sa connaissance profonde de la mythologie grecque. Dans les milieux littéraires néerlandais de cette période, une attention croissante était portée à la mythologie classique concernant la création poétique, et Valéry démontre qu’elle est parfaitement au courant de cet intérêt. Plusieurs poètes appelaient à la création d’un nouveau Parnasse ou Hélicon aux Pays-Bas, dans des publications intitulées, par exemple, Den Nederduytsche Helicon (1610, Le Hélicon néerlandais). Dans sa contribution à cette vogue poétique, Valéry montrait comment on pouvait créer les conditions idéales pour un essor des activités poétique de qualité : à travers la scolarisation.

Chacun des neuf dialogues dans son manuel scolaire bilingue établit un lien entre une fille imaginaire fréquentant l’école de Valéry, La Montaigne des Pucelles, et l’une des Muses. La maîtresse, qui représente Valéry elle-même, promet de leur enseigner les arts qui sont attribués à chacune d’entre elles. Ainsi, son école sera, véritablement, un nouveau Hélicon, comme le suggère la gravure sur la page de titre, qui présente neuf élèves en haut d’une montagne, en train de lire, d’écrire et de faire des travaux d’aiguille sous la direction d’une maîtresse (Figure 1). Et même le positionnement de son école aux bords d’un canal à Leyde ferait écho à la montagne mythique, comme le dit l’une des contributrices aux dialogues éducatifs :

L’on peut certainement bien comparer ceste maison, à la place delectable de Helicon, le mont de Beoce, qui est arrousé de la fontaine Hippocrene. (sig. A8r)

À travers ces références explicites à la mythologie grecque concernant l’art de la rhétorique, Madeleine Valéry a sans doute attiré l’attention des poètes néerlandais de son époque, qui s’étaient réunis, entre autres, dans des chambres de rhétoriques à Leyde.

Les archives municipales de la ville de Leyde nous instruisent, d’ailleurs, sur l’endroit précis où l’école de Valéry doit avoir été située (Archief Leiden, inv. nr. 0506, 149) : à la croisée du Hogewoert et du Hooigracht, d’anciens canaux, depuis transformés en rues (la Figure 4 montre la situation actuelle). Les fondements des bâtiments qui s’y trouvent actuellement datent du Moyen Âge, mais les façades ont été reconstruites plusieurs fois depuis le seizième siècle. 

Fig. 4, Photo de la situation actuelle à l’adresse où l’école de Valéry était probablement située. Source : Fondation patrimoniale Diogenes Leiden.

Il devient clair dans le manuel scolaire de Valéry, pourtant destiné à un public de jeunes filles, que les connaissances de l’enseignante s’étendaient bien au-delà des topoï les plus connus entourant la mythologie grecque. Elle s’intéressait même à la langue grecque, qui n’était pas facilement accessible à une femme au seizième siècle. Elle explique, ainsi, l’étymologie des noms de plusieurs muses :

Ceste diction Cleio, convient d’un verbe Grec Cleio, signifiant je celebre ou glorifie. Comme si ceste Muse s’applicquoit proprement à glorifier choses magnificques (sig. B1v).

Le livre scolaire semble donc avoir un double objectif : il sert non seulement à fournir des exercices aux filles apprenant le français, mais encore à montrer clairement aux lecteurs de Leyde que leur auteur était une femme savante qui avait non seulement une excellente maîtrise du néerlandais ainsi que du français, mais encore une connaissance considérable de la mythologie et de la langue grecques tant appréciées par les élites locales. Ces connaissances fournirent à cette jeune enseignante d’environ 26 ans un capital lui permettant de trouver un emploi et de se créer une réputation professionnelle dans sa nouvelle ville de résidence, où elle resta jusqu’à sa mort en 1625.

Pour citer ce billet : Alisa van de Haar, “Un refuge au Mont Hélicon – Madeleine Valéry (c. 1573-c. 1625), huguenote et maîtresse de langue française à Leyde”, dans le carnet de recherches AGRELITA Project ERC Advanced Grant, ISSN 2827-7031, 20/02/2023, https://agrelita.hypotheses.org/2836.

Pour en savoir plus sur les recherches menées par Alisa van de Haar, ainsi que sur sa résidence de recherche au sein de l’équipe ERC AGRELITA : https://agrelita.hypotheses.org/chercheurs-invites-en-residence



Citer ce billet
carolinecrepiat (2023, 20 février). Un refuge au Mont Hélicon – Madeleine Valéry (c. 1573-c. 1625), huguenote et maîtresse de langue française à Leyde. AGRELITA Project ERC Advanced Grant. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/au24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.