Journées d’étude Nouvelles traductions et réceptions indirectes de la Grèce ancienne (textes et images, 1300-1560)

 Jeudi 15 septembre et vendredi 16 septembre 2022

Jeudi 19 janvier et vendredi 20 janvier 2023

Direction : Catherine Gaullier-Bougassas

(Please find an English version of this call below.)

The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550): How invented memories shaped the identity of European communities

Le projet AGRELITA étudie la réception de la Grèce ancienne dans un corpus d’œuvres écrites en français de 1320 aux années 1550 et dans les illustrations de leurs manuscrits et de leurs imprimés. C’est seulement à partir des années 1550 que commence l’essor des traductions directes du grec au français. Du début du XIVe siècle jusqu’au milieu du XVIe siècle, les auteurs en langue française et les artistes qui illustrent les manuscrits et les imprimés de leurs œuvres, sauf exception, n’ont aucune connaissance directe d’œuvres grecques. Les savoirs sur la Grèce ancienne qu’ils transmettent et réinventent dans leurs textes et dans leurs images sont des savoirs médiatisés par des filtres divers. Leur réception est indirecte, elle prend appui sur des œuvres antérieures, textuelles et iconographiques, dont les représentations de la Grèce ancienne sont déjà le fruit d’une ou de plusieurs réceptions.

Les journées d’étude de septembre 2022 et de janvier 2023 seront consacrées à l’analyse, à l’intérieur de ce corpus, des nouvelles traductions et adaptations en langue française d’œuvres latines qui véhiculent des savoirs sur la Grèce ancienne, sous des formes diverses. Ces œuvres latines qu’adaptent les auteurs français des années 1300-1550 sont pour une part des œuvres antiques et médiévales qui ne sont pas des traductions, et pour une part des traductions ou adaptations d’œuvres grecques, avec parfois plusieurs transferts linguistiques à partir du grec. Elles sont très diverses : des textes antiques (Ovide, Virgile, Boèce, Augustin, Darès…) jusqu’aux traductions humanistes latines d’œuvres grecques réalisées en Italie et aux Pays-Bas aux XVe et XVIe siècles, en passant par des œuvres latines médiévales originales (i. e. non des traductions, Vincent de Beauvais, Troisième Mythographe du Vatican, Pétrarque, Boccace, l’auteur du Rudimentum novitiorum…), des traductions latines du français (Guido delle Colonne) et des traductions arabo-latines et arabo-hispano-latines (Aristote, Dits moraux des philosophes…).

Les auteurs en langue française héritent ainsi de réceptions antérieures diverses, qu’ils s’approprient et transforment, poursuivant le processus d’invention de représentations de la Grèce ancienne. Comme les manuscrits et les imprimés de leurs nouvelles traductions sont souvent très illustrés, les artistes offrent dans le même temps des traductions visuelles qui elles aussi s’appuient sur des sources diverses et des réceptions antérieures et donnent à voir de nouvelles images de la Grèce ancienne. La question de la réception de l’Antiquité grecque sera donc explorée par une entrée différente de celle qui a été adoptée jusqu’à présent et qui a consisté en l’étude de la transmission directe des œuvres grecques.

Dans le corpus de nouvelles traductions/adaptations en français des années 1300-1550 qui ont trait à la Grèce ancienne, à son histoire, ses héros, ses auteurs et leurs œuvres sans être des traductions directes d’œuvres grecques, il s’agira ainsi d’étudier les origines multiples et le syncrétisme des connaissances dont disposent les auteurs et les artistes, ainsi que les modalités de leurs appropriations et de leurs transformations. On analysera comment cette transmission de savoirs déjà porteurs d’interprétations diverses est avant tout une circulation et une création de représentations, et comment l’élaboration d’images de la Grèce ancienne contribue à l’invention d’une mémoire culturelle offerte à de larges publics laïcs par la double voie du texte et des images.

Le corpus d’études (textes et images dans les manuscrits et les imprimés) sera ainsi constitué :

-les traductions/adaptations en français d’œuvres latines antiques  et les images de la Grèce ancienne qu’elles véhiculent, notamment les traductions des œuvres d’Ovide, de la Consolation de Philosophie de Boèce, de la Cité de Dieu d’Augustin, du De excidio Troiae historia de Darès le Phrygien…

-les retraductions en français d’œuvres médiévales latines qui sont des traductions du français, comme celles de l’Historia destructionis Troiae de Guido delle Colonne.

-les traductions/adaptations en français d’œuvre médiévales latines qui ne sont pas des traductions, et parmi les plus diffusées celles de Vincent de Beauvais (héritier d’Hélinand de Froidmont), de Boccace, de Pétrarque, mais aussi bien d’autres textes ; les images de la Grèce ancienne que les œuvres médio-latines offrent et celles que leurs adaptations en langue française transmettent, fidèles ou infidèles.

-les premières traductions indirectes d’œuvres grecques, par l’intermédiaire de traductions latines, arabo-latines ou arabo-hispano-latines (les traductions françaises des œuvres éthiques et politiques d’Aristote, les Dits moraux des philosophes…)

-à partir du XVe siècle, les traductions françaises d’œuvres grecques par l’intermédiaire des traductions latines des humanistes d’Italie et des Pays-Bas. Particulièrement les traductions indirectes de Xénophon, Plutarque, Thucydide, Diodore de Sicile, Lucien, Homère, Euripide à partir des traductions de Poggio Bracciolini, Leonardo Bruni, Lorenzo Valla, Guarino Veronese, Pier Candido Decembrio et d’Erasme.

Comment les traducteurs humanistes en latin des œuvres grecques, puis les traducteurs en français de ces traductions latines présentent-ils leur entreprise de traduction ? Quelles images donnent-ils (eux et les illustrateurs des manuscrits et imprimés de leurs œuvres) des auteurs et des œuvres grecques, et de la Grèce ancienne dans les œuvres qui traitent de son histoire et de ses personnages ? Quelles évolutions voient le jour dans la réception de la Grèce ancienne ?

-les traductions dans d’autres langues vernaculaires européennes, aux XVe et XVIe siècles, des traductions humanistes latines d’œuvres grecques. Des analyses sur les nouvelles traductions indirectes, à partir du latin, notamment de Xénophon, de Plutarque, de Thucydide, de Diodore de Sicile, de Lucien, qui sont écrites dans les autres langues romanes et dans les langues anglaise et germanique, permettraient de comprendre les points communs et les différences de traduction et de réinterprétation dans plusieurs domaines culturels européens, les divers infléchissements donnés aux œuvres grecques et aux images de la Grèce ancienne, les différents usages de ces traductions, les différents types de manuscrits et d’imprimés, dans leur matérialité et leurs illustrations.

Les articles issus des contributions seront publiés chez Brepols dans la collection « Recherches sur les Réceptions de l’Antiquité » : http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=RRA

Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge selon les modalités de l’Université de Lille. Contact : Catherine Gaullier-Bougassas

Les propositions sont à adresser (titre et quelques lignes de présentation) à Catherine Gaullier-Bougassas avant le 15 décembre 2021 à l’adresse suivante :

catherine.bougassas@univ-lille.fr


Workshops New Translations and indirect Reception of Ancient Greece (Texts and Images, 1300-1560)

 

Thursday, September 15th and Friday, September 16th 2022

Thursday, January 19th and Friday, January 20th 2023



The AGRELITA Project studies the reception of ancient Greece, exploring a corpus of French-language literary works produced from 1320 to the 1550s, as well as the images of their manuscripts and printed books. The development of direct translations from Greek to French begins only from the 1550s. From the beginning of the 14th Century until the middle of the 16th Century, French-language authors and artists who illustrate manuscripts and printed books of their works, with some exceptions, have no direct knowledge of Greek works. The knowledge about ancient Greece that they transmit and reinvent in their texts and in their illustrations is mediated by various filters. Their reception is indirect, based on previous textual and iconographic works, whose representations of ancient Greece are in fact the result of one or more receptions.

The workshops of September 2022 and January 2023 will be devoted to the analysis, through this corpus, of new translations and adaptations into French language from Latin works which convey the knowledge about ancient Greece, in several different forms. These Latin works adapted by 1300-1550s French authors are partly ancient and medieval works which are not translations, and partly translations or adaptations of Greek works, sometimes with several linguistic transfers from Greek. They take very diverse forms : from ancient texts (Ovid, Virgil, Boethius, Augustine, Darès, etc.) to Latin humanist translations of Greek works produced in Italy and in the Netherlands in the 15th and 16th Centuries, including original medieval Latin works (id est no translations, Vincent de Beauvais, Third Vatican Mythograph, Petrarch, Boccaccio, the author of Rudimentum novitiorum…), Latin translations from French (Guido delle Colonne) and Arabic-Latin and Arabic-Spanish-Latin translations (Aristotle, Dits moraux des philosophes…).

French-language authors thus inherit various previous receptions, which they appropriate and transform, so that they carry on the inventing process of representations of ancient Greece. As the manuscripts and printed books of these new translations often comprise a lot of illustrations, the artists present simultaneously visual translations, which are also based on various sources and previous receptions and show new images of ancient Greece. The question of the reception of ancient Greece will therefore be explored from another perspective than the one adopted until now and which consisted in studying the direct transmission of Greek works.

In the corpus of 1300-1550s French new translations / adaptations  which relate to ancient Greece, its history, its heroes, its authors and their works, although they are not direct translations of Greek works, the multiple origins and the syncretism of the knowledge available to authors and artists will be explored, as well as the methods of their appropriation and transformation. We will analyze how this transmission of knowledge that already conduct various interpretations is above all matter of circulation and of creation of representations, and how the elaboration of images of ancient Greece contributes to inventing a cultural memory submitted to a large secular audience both through text and images.



The corpus of studies (texts and images in manuscripts and printed books) will be constituted as follows :

-the translations / adaptations into French of ancient Latin works and the images of ancient Greece that they convey, in particular the translations of the works of Ovid, of the Consolation of Philosophy by Boethius, of the City of God by Augustine, of De excidio Troiae historia by Darès the Phrygian…

-the retranslations into French of medieval Latin works that are translations from French, such as the ones of the Historia destructionis Troiae by Guido delle Colonne.

-the translations / adaptations into French of medieval Latin works that are not translations, and among the most widely distributed the ones written by Vincent de Beauvais (in the wake of Hélinand de Froidmont), Boccacio, Petrarch, but also many others texts; the images of ancient Greece that the mid-Latin works present and those that their adaptations in French transmit, accurate or not.

-the first indirect translations of Greek works, through Latin, Arabic-Latin or Arabic-Spanish-Latin translations (the French translations of the ethical and political works of Aristotle, the Dits moraux des philosophes…)

-from the 15th century, French translations of Greek works through Latin translations of humanists from Italy and the Netherlands. Particularly, the indirect translations of Xenophon, Plutarch, Thucydides, Diodorus of Sicily, Lucian, Homer, Euripides from the translations of Poggio Bracciolini, Leonardo Bruni, Lorenzo Valla, Guarino Veronese, Pier Candido Decembrio and Erasmus.

How do the humanist Latin translators of Greek works, and then the French translators of these Latin translations, present their translation initiatives? What images do they give (them and the illustrators of the manuscripts and printed books of their works) of Greek authors and works, and of ancient Greece in works that deal with its history and its characters? What changes are emerging in the reception of ancient Greece?

-the translations into other European vernaculars, during the 15th and 16th centuries, from Latin humanist translations of Greek works. Analyzing the new indirect translations, from Latin, in particular from Xenophon, Plutarch, Thucydides, Diodorus Sicile, Lucien, which are written in the other Romance languages ​​and in the English and Germanic languages, would make it possible to understand the commonalities as well as the differences of translation and reinterpretation in several European cultural fields, the various inflections given to Greek works and images from ancient Greece, the different uses of these translations, the different types of manuscripts and printed books, in their materiality and in their illustrations.


The papers will be published by Brepols publishers, in the “Research on Antiquity Receptions” series :

http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=RRA


Travel and accommodation costs will be covered according to the terms of the University of Lille. Contact: Catherine Gaullier-Bougassas

Please submit a short abstract (title and a few lines of presentation) to catherine.bougassas@univ-lille.fr by December 15, 2021.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.