Colloque international Métamorphoses et usages d’un même passé et formation des identités en Europe du XIVe siècle jusqu’aux années 1980 : partages, concurrences ou conflits des mémoires

(For an English version, please scroll down.)

14-15 septembre 2023, Lille, Palais des Beaux Arts

 Organisation : Catherine Gaullier-Bougassas

Le programme de recherche ERC AGRELITA (The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550) : How invented memories shaped the identity of European communities) est un programme de recherche transdisciplinaire : littérature, histoire de l’art, histoire politique, culturelle et sociale, memory studies, European studies. Il travaille sur les différents modes de réception de l’Antiquité grecque à l’ère prémoderne (1320-1550) et analyse comment la création de mémoires de la Grèce ancienne dans les cultures textuelle et visuelle a été exploitée pour conforter la formation d’identités politiques et culturelles à plusieurs niveaux (local, régional, (pré)-national, transnational et européen) dans l’Europe occidentale des années 1320 aux années 1550.

Avec le colloque de septembre 2023, AGRELITA souhaite élargir la réflexion sur cette question des usages d’un même passé recomposé/réinventé pour la formation d’identités politiques et culturelles à plusieurs niveaux, en l’ouvrant :

-à d’autres passés (antiques, médiévaux ou modernes)

-à une durée plus large de réception et d’exploitation de ces passés, du XIVe siècle jusqu’aux années 1980, et dans toute l’Europe.

Autrement dit, il s’agira d’explorer comment, à la même époque ou à des époques différentes, un même passé réinterprété voire réinventé peut servir à la formation de plusieurs identités politiques : un même passé peut être instrumentalisé pour renforcer l’identité d’une entité politique particulière, fédérer les éléments qui la composent, l’imposer face à d’autres pouvoirs politiques concurrents, ou bien pour unir plusieurs entités politiques, créer une mémoire partagée, supranationale et particulièrement européenne.

La périodisation choisie prend le XIVe siècle pour point de départ, car une exploitation de plus en plus soutenue du passé voit alors le jour dans les pratiques politiques et dans les lettres et les arts, et on assiste aussi à des affirmations plus fortes d’identités politiques et culturelles (tant locales, régionales que pré-nationales), ainsi qu’à de nouvelles expressions de l’idée d’Europe, particulièrement dans le contexte de la mobilisation contre les Ottomans.

Les années 1980 ont été choisies pour le terminus ad quem car elles voient l’émergence de nouveaux rapports au passé (le nouveau « régime d’historicité » du « présentisme », F. Hartog) et à la mémoire. Elles constituent le début d’une période marquée par la multiplication des lectures et des exploitations du passé par des acteurs de plus en plus divers, d’où la naissance de nouvelles formes de rivalités mémorielles et aussi de partages de mémoires. Elles précèdent l’élargissement à l’est de la construction européenne, un mouvement de réinterprétation de nombreuses histoires nationales et dans le même temps la mise en œuvre de politiques incitatives pour conforter la formation de mémoires transnationales et d’une mémoire européenne. Elles sont aussi le début de phénomènes de globalisation et de création d’une mémoire mondiale.

Les politiques et usages de la mémoire, qu’ils émanent de pouvoirs politiques, de communautés, d’associations et acteurs de plus en plus divers ont suscité et suscitent encore de nombreuses études relatives à l’histoire contemporaine, avec la question des interactions entre les identités politiques régionales, nationales et transnationales.

Les exploitations comme outils politiques du passé et de la mémoire que l’on s’en crée ont bien entendu existé depuis des siècles, avec des formes et des moyens qui ont connu de profondes variations, et de nombreuses études ont aussi été consacrées à l’élaboration de mémoires qui confortent les identités nationales en cours de construction à l’époque moderne, ainsi qu’aux expressions de l’idée européenne. La publication en six volumes dirigés par S. Berger et J. K. Olick, A Cultural History of Memory (2020) a récemment mis en lumière l’évolution des différentes formes de la mémoire de l’Antiquité jusqu’à nos jours.

Dans ces études sur la mémoire, les interactions entre identités régionales, nationales et transnationales sont un champ où des investigations nous semblent encore à mener, et cela particulièrement en lien avec la question précise que nous lui associons pour ce colloque : les métamorphoses et les usages de la mémoire d’un même passé par des acteurs différents, sur la longue durée qui va du XIVe siècle aux années 1980.

AGRELITA s’adresse ainsi à des chercheurs spécialistes de disciplines différentes (littérature, histoire, histoire de l’art, archéologie, géographie, philosophie, sociologie, sciences politiques, anthropologie, memory studies, European studies) et d’époques différentes sur toute l’aire géographique européenne ; AGRELITA espère, par cette approche pluridisciplinaire et par le croisement des analyses, des perspectives et des concepts, apporter une contribution nouvelle sur cette question.

Il s’agira donc de réfléchir sur :

-les dynamiques d’élaboration de mémoires plurielles d’un même passé et leurs liens avec la formation de plusieurs identités politiques et culturelles

Les instrumentalisations partagées, complémentaires, concurrentes ou conflictuelles d’un même passé par des acteurs divers, pour l’affirmation de plusieurs identités politiques et culturelles, révèlent des stratégies variées (mise en récits, en discours, en images, en spectacles, constitution de symboles, commémoration, patrimonialisation, muséification…) sur lesquelles on s’interrogera. On analysera les modalités de réception, de recomposition et de réinterprétation, parfois même d’imagination, qui sont elles aussi très diverses et qui manifestent les différentes valeurs attribuées au passé dans la mémoire.

les interactions entre des identités locales, régionales, (pré-)nationales et transnationales telles qu’elles s’affirment à travers les exploitations convergentes ou différenciées d’un même passé. Autrement dit, comment, confrontée à une mise en question des valeurs qu’on attribue au passé, la mémoire est modifiée par des acteurs et pour des publics divers, pour construire, affirmer, infléchir, renouveler des identités politiques et culturelles, comment les métamorphoses et les usages d’un même passé répondent à un renouvellement ou un changement identitaire.

On s’interrogera tant sur les mémoires concurrentes d’un même passé que sur l’essor, durant la période donnée, de mémoires et d’identités transnationales, sur la conciliation ou l’absence de conciliation de ces dernières avec les autres mémoires et identités. Ces mémoires transnationales s’affirment alors comme des mémoires partagées entre deux ou plusieurs communautés politiques (par exemple mémoires partagées d’un souverain ; mémoires de guerres : conflictuelles puis réconciliées) et/ou comme une mémoire européenne en lien avec l’affirmation de l’idée d’Europe.

les périodes historiques, les événements, les mouvements de pensée, les personnages, les lieux qui ont suscité des appropriations différenciées ou convergentes par deux ou plusieurs communautés politiques et culturelles : les enjeux mémoriels de périodes, événements, figures, lieux controversés ; les enjeux mémoriels aussi de périodes, événements, figures, lieux que plusieurs communautés s’approprient comme communes pour se forger une mémoire partagée et conforter des identités transnationales.

Les interventions porteront ainsi sur la pluralité des usages mémoriels d’un même passé à travers deux exemples ou plus, dans le but d’analyser comment les mémoires recomposées d’un même passé permettent d’inventer, de réinterpréter, de renforcer une et/ou des identité(s) particulière(s), et/ou de créer une mémoire transnationale et particulièrement européenne.

Comité scientifique :

Martine Benoît, Université de Lille

Stefan Berger, Ruhr-Universität Bochum

Hélène Casanova-Robin, Sorbonne Université

Gerard Delanty, University of Sussex

Sophie Duchesne, Sciences Po Bordeaux

François Hartog, École des hautes études en sciences sociales

Tuuli Lähdesmäki, University of Jyväskylä

Elena Musiani, Università degli Studi di Bologna

Cédric Passard, Sciences Po Lille, Université de Lille

Alain Schnapp, Université Panthéon-Sorbonne

Aline Sierp, University of Maastricht

Les propositions sont à adresser (titre et une dizaine de lignes de présentation accompagnés d’un rapide CV) avant le 15 septembre 2022 à Catherine Gaullier-Bougassas aux adresses suivantes :

catherine.bougassas@univ-lille.fr

erc-agrelita@univ-lille.fr

Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge selon les modalités de l’Université de Lille.

Les articles issus des contributions seront publiés. Les articles seront à rendre pour le 15 février 2024.


International Conference

 Metamorphoses and uses of the same past and formation of identities in Europe from the 14th century to the 1980s : shared, in competition, or antagonistic memories

 Thursday, September 14th, and Friday, September 15th, 2023

Organisation : Catherine Gaullier-Bougassas

The ERC research program AGRELITA (The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550) : How invented memories shaped the identity of European communities) is a transdisciplinary research program : literature, art history, political, cultural and social history, memory studies, European studies. It focuses on different modes of reception of Greek antiquity in the premodern era (1320-1550) and analyses how the creation of memories of ancient Greece in textual and visual cultures was exploited to support the formation of political and cultural identities at several levels (local, regional, (pre)national, transnational and European ones) in Western Europe from the 1320s to the 1550s.

This September 2023 conference’s ambition is to broaden the reflection on these issues of the uses of the same recomposed/reinvented past to form political and cultural identities at several levels, by opening it :

-to other pasts (ancient, medieval, or modern ones)

-to a wider period of reception and exploitation of these pasts, from the 14th Century to the 1980s, and throughout Europe.

In other words, this conference aims to explore how, at the same period or at different periods, the same past is reinterpreted or even reinvented and may be used to form several political identities : the same past may be instrumentalized to strengthen the identity of a particular political entity, to federate the elements that make it up, to enforce it against other competing political powers, as well as to unite several political entities, to create shared memories, supranational and particularly European ones.

We defined the 14th Century as the starting point, because an increasingly sustained exploitation of the past is emerging during this period in political practices, literature and the arts ; stronger assertions of political and cultural identities appear – whether local, regional, or pre-national –, as well as new expressions of the idea of Europe, particularly in the context of the mobilization against the Ottomans.

We defined the 1980s as the terminus ad quem, because new relations to the past (the new ‘regime of historicity’ of ‘presentism’, F. Hartog) and to memory occurred during these years. The 1980s constitute the very beginning of a period marked by the multiplication of readings and exploitations of the past by more diverse people, hence the birth of new forms of memory rivalries and also of sharing of memories. They precede the eastward enlargement of the European construction, a movement of reinterpretation of many national histories, and at the same time the implementation of incentive policies to assert the formation of transnational memories and a European memory. They also consist in the very beginning concerning the phenomena of globalization and the creation of a worldwide memory.

Policies and uses of memory, whether they emanate from political powers, from communities, associations, and increasingly diverse people, have given rise and still give rise to numerous studies about contemporary history : how regional, national and transnational political identities interact.

Exploiting the past and the memory created from it as a political tool has of course existed for centuries, with forms and means that have undergone profound changes ; many studies have also been devoted to the elaboration of memories that reinforce national identities under construction in the Modern era, as well as to expressions of the idea of Europe. The six-volume edition by S. Berger and J. K. Olick, A Cultural History of Memory (2020), has recently highlighted the evolution of different forms of memory from antiquity to the present day.

Memory studies, examining how regional, national and transnational identities interact, is a field in which we think that investigations are still to be carried out, especially concerning the precise question that we are associating with it for this conference : metamorphoses and uses of the memory of the same past by different people, considering the long period that goes from the 14th Century to the 1980s.

AGRELITA welcomes proposals from various displinary fields (literature, history, art history, archaeology, geography, philosophy, sociology, political science, anthropology, memory studies, European studies) and from various periods across the whole European geographical area. Applying multi-disciplinary approaches and crossed analysis, perspectives and concepts, AGRELITA means to offer new insight into this question.

AGRELITA invites submissions of papers that address any of the following questions :

 – Dynamics of elaboration of plural memories of the same past and their links with the formation of several political and cultural identities

We aim to investigate shared, complementary, in competition, or antagonistic instrumentalization of the same past by various people, which aims to assert several political and cultural identities, reveals a wide range of strategies (process of narratives, discourses, images, spectacles, symbols, commemoration, heritage formation, museification… ) ; how they are received, recomposed and reinterpreted, sometimes even imagined ;  how diverse they are ; how they reflect different values attributed to the past in memory.

– In this context, we should also consider the interactions between local, regional, (pre)national, and transnational identities as they assert through convergent or differentiated exploitations of the same past. In other words, how, confronted with the question of values which are attributed to the past, memory is modified by various people and for various audiences, in order to construct, assert, inflect and renew political and cultural identities, and how metamorphoses and uses of the same past may meet an identity renewal or change.

We will examine both the competing memories of the same past and the rise, during the defined period, of transnational memories and identities, as well as whether they conciliate or not with other memories and identities. These transnational memories are then affirmed as memories shared between two or more political communities (for example, shared memories of a sovereign ; memories of wars : conflicting and then reconciled) and/or as a European memory in connection with the affirmation of the idea of Europe.

– The historical periods, events, intellectual movements, figures, and places that have given rise to differentiated or convergent appropriations by two or more political and cultural communities : memorial issues of much debated periods, events, figures, and places ; memorial issues of periods, events, figures, and places that several communities appropriate to forge shared memories and reinforce transnational identities.

We are interested in essays that focus on the plurality of memorial uses of the same past through two or more case studies, to analyze how the recomposed memories of the same past make it possible to invent, reinterpret and reinforce one or more particular identities, and/or to create a transnational and particularly European memory.

Scientific committee :

Martine Benoît, Université de Lille

Stefan Berger, Ruhr-Universität Bochum

Hélène Casanova-Robin, Sorbonne Université

Gerard Delanty, University of Sussex

Sophie Duchesne, Sciences Po Bordeaux

François Hartog, École des hautes études en sciences sociales

Tuuli Lähdesmäki, University of Jyväskylä

Elena Musiani, Università degli Studi di Bologna

Cédric Passard, Sciences Po Lille, Université de Lille

Alain Schnapp, Université Panthéon-Sorbonne

Aline Sierp, University of Maastricht

Please submit a short abstract (title and around ten lines of presentation, along with a brief CV) before September 15th, 2022 to Catherine Gaullier-Bougassas at the following addresses:

catherine.bougassas@univ-lille.fr

erc-agrelita@univ-lille.fr

Travel and accommodation costs will be covered according to the terms of the University of Lille.

Papers will be published. Papers are due by February 15th, 2024.


Une réflexion sur « Colloque international Métamorphoses et usages d’un même passé et formation des identités en Europe du XIVe siècle jusqu’aux années 1980 : partages, concurrences ou conflits des mémoires »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.