Journées d’études Créer une mémoire des passés antiques : Choix, constructions et transmissions du IXe au XVIIIe siècle

13 et 14 octobre 2022

Direction : Catherine Gaullier-Bougassas     

(Please find an English version of this call below.)

The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550): How invented memories shaped the identity of European communities

Le projet ERC Advanced Grant AGRELITA organise à Paris (Bibliothèque Sainte-Barbe) les 13 et 14 octobre 2022 des journées d’études intitulées « Créer une mémoire des passés antiques ».

Mnémosyne, mère des Muses, incarne le rapport indéfectible entre la mémoire, les arts et les sciences. Ce mythe invite à un questionnement couvrant une large période, dès lors qu’on étudie la mémoire des passés antiques – égyptiens, grecs, romains, bibliques… – dans les textes et les images. En portant un regard transdisciplinaire sur la mémoire, de l’anthropologie aux visual studies en passant par l’histoire, la sociologie, la littérature et les sciences cognitives, il s’agira d’explorer les stratégies de la création d’une mémoire des passés antiques, et d’éclairer les processus contribuant à la constitution de passés lointains comme héritage, alors que cette appropriation ne va pas de soi : un rapport d’altérité existe en effet, sous des formes et à des degrés divers, entre le présent et ces/ses passés antiques en raison de discontinuités non seulement temporelles mais aussi spatiales, documentaires ou religieuses et culturelles.

De fait, depuis plusieurs décennies, les recherches sur la mémoire ont connu un essor exceptionnel au sein de multiples disciplines. Les concepts et les approches, tels que la mémoire individuelle et la mémoire collective, la mémoire culturelle, la mémoire sociale, les lieux de mémoire, les liens entre mémoire matérielle et immatérielle, les échanges entre mémoire et imagination, les mécanismes cognitifs à l’œuvre dans la mémoire, ont fourni de nouvelles clés de lecture pour comprendre les formes et les usages de la (des) mémoire(s) au sein des communautés.

Notre objectif est ainsi de poursuivre la réflexion sur ces notions en analysant les modalités de création d’une mémoire des passés antiques, selon une chronologie allant du IXe siècle, période d’intense activité créatrice et de redécouverte de textes anciens en Europe occidentale mais aussi de densification de la mémoire écrite, jusqu’au XVIIIe siècle, où l’Antiquité est particulièrement mobilisée, autant dans les arts, avec la naissance de l’archéologie et le néoclassicisme, que dans les discours politiques.

Giovanni Paolo Pannini, Galerie de vues de la Rome antique, Première version, c. 1754-1757 (Staatsgalerie, Stuttgart).

Par les contributions réunies, les journées d’étude visent à s’interroger sur les constantes et les mutations des stratégies que les auteurs et les artistes déploient pour l’élaboration de cette (ces) mémoire(s) des passés antiques, avec la sélection et de hiérarchisation qui privilégient certains éléments du passé au détriment des autres, et tout un travail de recomposition.

Les propositions pourront porter sur des réflexions théoriques ou des études de cas, et s’inscrire dans un ou plusieurs des thèmes suivants, qui n’épuisent pas le champ des possibles :

– Épistémologie et taxinomie de la mémoire : une réflexion transversale sur la mémoire des passés lointains, son fonctionnement, les notions et les concepts qu’elle mobilise.

– Les « entrepreneurs de mémoire » : tous ceux qui participent à la création de la mémoire des passés antiques par leurs rôles et leurs activités comme les écrivains, humanistes, commanditaires, lecteurs, antiquaires, artistes, traducteurs, éditeurs-libraires, collectionneurs, archéologues, etc.

– Les modalités d’élaboration de cette mémoire et leurs interactions : mises en récit et en intrigue, mises en image, recomposition et invention, réemplois, réécritures / palimpsestes, citations, imitations, émulations, images mentales et visuelles, imagines agentes, etc.

– Les modalités de transmission de cette mémoire et leurs interactions : les communications orale, écrite, visuelle, matérielle et symbolique, les enjeux de chacun de ces modes de transmission et leurs effets sur la représentation des passés antiques, leurs liens avec l’« ars memoriae », les fonctions et les usages des émotions.

– Les éléments composant cette mémoire des passés antiques : les civilisations, les périodes, les événements, les traditions, les récits, les mythes, les figures, les œuvres et les concepts résultant de processus de sélection, transmission et réélaboration, etc.

– Les enjeux et les visées de cette création d’une mémoire des passés antiques : les contextes et les discours dans lesquels elle est formée et représentée, les objectifs poursuivis (didactiques, éthiques, esthétiques, linguistiques, politiques, économiques, religieux, patrimoniaux, etc.).

Les articles issus des contributions seront publiés chez Brepols dans la collection « Recherches sur les Réceptions de l’Antiquité » : 

http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=RRA

Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge selon les modalités de l’Université de Lille. Contact : Catherine Gaullier-Bougassas

Présentation du projet : https://agrelita.hypotheses.org/

Les propositions sont à adresser (titre et quelques lignes de présentation) avant le 15 février 2022 à Catherine Gaullier-Bougassas à l’adresse suivante :  catherine.bougassas@univ-lille.fr


Workshops

Creating a memory of ancient pasts

Choices, constructions and transmissions from the 9th to the 18th Century

October 13th and 14th 2022, Paris

The ERC Advanced Grant AGRELITA project will organize workshops entitled “Creating a memory of ancient pasts” on October 13th and 14th 2022, Paris (Sainte-Barbe Library).

Mnemosyne, mother of the Muses, embodies a continuing relationship between memory, arts and sciences. This myth invites us to question ourselves over a long period of time, as soon as we study the memory of ancient pasts – the Egyptian, Greek, Roman, Biblical ones, among other – in texts as well in images. By taking a transdisciplinary look at memory, from anthropology to visual studies including history, sociology, literature and cognitive sciences, we aim to explore the strategies of how a memory of ancient pasts is created, and to highlight the processes which contribute to the constitution of distant pasts as a legacy. Yet, this appropriation is not obvious : a logic of alterity does indeed appear, in several forms and to varying degrees, between the present and these/its ancient pasts, due to a lack of continuity, not only temporal, but also spatial, documentary or religious and cultural.

In fact, for many decades, research on memory remarkably developed in a wide range of disciplines. Concepts and approaches, such as individual memory and collective memory, cultural memory, social memory, memorials, how tangible and intangible memory are linked to each other, how memory and imagination interact, cognitive mechanisms which act in memory processes, have provided new keys to understand the forms and the uses of memory (-ies) within communities.

Our objective is thus to continue the reflection on these notions by analyzing the methods of the creation of a memory of the ancient pasts, according to a chronology which starts from the 9th Century, which was a period when creative activity was intense, ancient texts were rediscovered by Western Europe, but also when written memory increased, until the 18th Century, when Antiquity was particularly mobilized, as much in the arts, with the emergence of archeology and neoclassicism, as in political speeches. Through the collected papers, the workshops aim to question the constants as well as the mutations of the strategies that authors and artists displayed in order to elaborate this (these) memory(-ies) of ancient pasts, since they selected and organised elements of the past to the detriment of others, which implies a range of recompositions.

Submitted papers may deal with theoretical reflections or case studies, and come within one or more the following themes, which do not exhaust the range of possibilities :

– Epistemology and taxonomy of memory : cross-cutting reflections on the memory about the distant past, its functioning, the notions and concepts that must be mobilized.

– “Memory entrepreneurs”: all those who participate in the creation of the memory of ancient pasts through their roles and activities such as writers, humanists, sponsors, readers, antique dealers, artists, translators, publishers-booksellers, collectors, archaeologists, and so on.

– How this memory is developed, as well as the interactions of the conditions of such a development : how the text is set up into narrative and plot forms, images, recomposition as well as invention, re-uses, rewritings / palimpsests, quotations, imitations, emulations, mental and visual images, imagines agentes, and so on.

– How this memory is transfered, as well as the interactions of the conditions of such a transmission : oral, written, visual, tangible and symbolic communications, the challenges of each of these modes of transmission as well as their effects on the representation of ancient pasts, their links with the “ars memoriae”, the functions and uses of emotions.

– The elements making up this memory of ancient pasts : civilizations, periods, events, traditions, narratives, myths, figures, works and concepts resulting from the process of a selection, a transmission and a re-elaboration, and so on.

– The stakes and aims of this creation of a memory of ancient pasts : the contexts and discourses in which it is shaped and represented, the objectives which are followed (didactic, ethical, aesthetic, linguistic, political, economic, religious, patrimonial ones).

The papers will be published by Brepols publishers, in the “Research on Antiquity Receptions” series :

http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=RRA

Travel and accommodation costs will be covered according to the terms of the University of Lille. Contact: Catherine Gaullier-Bougassas

For more informations about the ERC Agrelita Project, please see our academic Blog : https://agrelita.hypotheses.org/

Please submit a short abstract (title and a few lines of presentation) to catherine.bougassas@univ-lille.fr by February 15, 2022.


Une réflexion sur « Journées d’études Créer une mémoire des passés antiques : Choix, constructions et transmissions du IXe au XVIIIe siècle »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.