Colloque « Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale : Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle »

 

Jeudi et vendredi 23-24 mai 2024, Caen

Mercredi 29 mai 2024, Bibliothèque de l’Arsenal, Paris

Direction : Catherine Gaullier-Bougassas

(Please find an English version of this call below.)

The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550): How invented memories shaped the identity of European communities

Le projet ERC Advanced Grant AGRELITA organise à Caen les 23 et 24 mai 2024, et à Paris (Arsenal) le 29 mai 2024, des journées d’étude intitulées Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale : Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle.

Dans son ouvrage célèbre, La survivance des dieux antiques, 1939, Jean Seznec a démontré que la connaissance des dieux grecs n’a pas disparu durant le Moyen Âge et ainsi mis en question l’opposition souvent tracée entre Moyen Âge et Renaissance : « L’Antiquité païenne, loin de ‛re-naître’ dans l’Italie du XVe siècle, avait survécu dans la culture et dans l’art médiéval ; les dieux eux-mêmes ne ressuscitent pas ; car jamais ils n’ont disparu de la mémoire et de l’imagination des hommes[1]. » Il a étudié comment au Moyen Âge, les dieux grecs, qui portent alors souvent leurs noms latins, ont survécu grâce aux idées qu’ils ont incarnées et grâce à trois grandes lignes d’interprétation, en grande partie hérités de l’Antiquité – l’explication évhémériste, l’explication physique et astrologique, l’explication allégorique, morale et religieuse –. Il a aussi analysé comment, dans le même temps, leurs formes se sont transformées, avec des métamorphoses étonnantes, puis un retour à l’antique à la Renaissance. De nouveaux ouvrages mythographiques ont en effet été écrits du Ve au XIIIe siècle, à commencer par ceux de Fulgence et des trois mythographes du Vatican, et à partir du début du XIVe siècle, les évocations des divinités païennes se multiplient, tant dans des ouvrages latins, l’Africa de Pétrarque, les Genealogie deorum gentilium de Boccace ou le De formis figurisque deorum  de Pierre Bersuire, que des œuvres écrites en langue française, à partir de l’Ovide moralisé, suivi de nombreux remaniements, dont certains contiennent des adaptations françaises du texte de Bersuire. Les divinités païennes grecques ou gréco-latines, peu présentes dans les premiers romans antiques et dans les premières histoires universelles françaises, entrent alors dans des univers textuels divers, des histoires universelles et des chroniques nombreuses, des œuvres historico-romanesques, des romans, des ouvrages didactiques au contenu divers, des œuvres poétiques, des épopées, de nouvelles traductions des textes antiques, des livres d’emblèmes, des traités mythographiques… Parmi ces derniers, de nouveaux ouvrages dédiés spécifiquement aux dieux antiques s’écrivent en grand nombre à la fin de la période que nous considérons. Enfin tout au long de cette période, l’exploitation de nouvelles sources, à partir du XVe siècle en langue française, contribue au renouvellement.

Les très nombreux textes où ces divinités apparaissent, avec les illustrations des manuscrits et des imprimés, leur donnent une nouvelle vie plus encore qu’une survie, ou plus exactement de nouvelles vies. Elles sont en effet représentées dans de multiples formes d’écritures et dans des univers tout aussi multiples, dont certains sont éloignés du monde antique. Les métamorphoses de leurs formes par rapport aux traditions antiques, très variées mais non toujours présentes, accompagnent leur intégration dans ces contextes divers. De nouvelles « aventures » leur sont parfois inventées, et même, certes exceptionnellement, de nouveaux dieux antiques sont imaginés. La composition de traités qui leur sont consacrés exclusivement révèle de nouvelles analyses.

À partir d’études de cas, sur une ou sur plusieurs divinités, les journées seront consacrées à des analyses sur les multiplicités des représentations, des interprétations et des exploitations de ces divinités antiques durant les trois siècles considérés, dans un mélange de permanences et de renouvellement, de répétition et de variation, de continuité et d’innovation. Elles permettront ainsi de prolonger les recherches sur les modalités et les raisons d’une présence démultipliée des divinités antiques : Pourquoi insuffler une nouvelle actualité à leur mémoire, pourquoi et comment leur redonner une telle présence, leur rendre vie ?

Les propositions, sur des œuvres écrites en latin, en français ou en italien, porteront sur les questions suivantes, qui n’épuisent pas le champ des possibles :

-Les représentations textuelles des divinités grecques, les formes d’écriture – description, récit, commentaire – déployées à leur sujet

-De la traduction et de la compilation à l’adaptation et à l’invention : reconfigurations d’un savoir hérité

-Les contextes littéraires dans lesquels les auteurs élaborent ces images textuelles

-Les contextes culturels, politiques, les débats dans lesquels les auteurs s’emparent de ces divinités

-Les interprétations de ces divinités et les finalités diverses de leurs évocations – finalités politiques, éthiques, religieuses, scientifiques, poétiques…

-Les représentations visuelles de ces divinités dans les manuscrits puis les imprimés : leurs figurations et leurs significations, leurs liens avec les autres formes de représentations artistiques qui leur sont consacrées

-Les liens entre textes et images dans les manuscrits et les imprimés

-L’appropriation actualisante/anachronique ou au contraire le regard sur l’Antiquité et son altérité dont les images textuelles et visuelles de ces divinités témoignent

– La circulation, la réception et la transformation de ces représentations du XIIe au XVIe siècle : la transmission et le renouvellement de la mémoire de ces divinités

-La transposition de ces divinités dans de nouveaux univers

Neptune, Libre des échecs amoureux moralisés, Evrard de Conty, BnF, fr. 9197, fol. 154.

La journée du mercredi 29 mai 2024 sera consacrée en priorité à des communications en lien avec des ouvrages de la Bibliothèque de l’Arsenal.

Les propositions sont à adresser (titre et résumé de 200-300 mots) avant le 15 janvier 2024 à Catherine Gaullier-Bougassas aux deux adresses suivantes :

catherine-bougassas@orange.fr

catherine.gaullier-bougassas@unicaen.fr

Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge selon les modalités de l’Université.

Les articles issus des contributions seront publiés chez Brepols dans la collection « Recherches sur les Réceptions de l’Antiquité » : http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=RRA.

[1] Jean Seznec, La survivance des dieux antiques. Essai sur le rôle de la tradition mythologique dans l’humanisme et dans l’art de la Renaissance, Paris, Flammarion, 1993, préface de la seconde édition, p. 11.

***

Conference

The new lives of Greek divinities in Western Europe: Textual and visual figurations from the 14th to the 16th century

Thursday, May 23th, and Friday, May 24th, 2024, Caen

Wednesday, May 29th, 2024, Arsenal Library, Paris

 

In his famous work, La survivance des dieux antiques, published in 1939, Jean Seznec demonstrated that knowledge of the Greek gods did not disappear during the Middle Ages, and thus challenged the opposition often drawn between the Middle Ages and the Renaissance: “Pagan antiquity, far from being ‘reborn’ in 15th-century Italy, survived in medieval culture and art; the gods themselves were not resurrected, for they had never disappeared from the memory and imagination of men[1].” He studied how, in the Middle Ages, the Greek gods, who then often bore their Latin names, survived thanks to the ideas they embodied and thanks to three main lines of interpretation, largely inherited from Antiquity – the evhemeristic explanation, the physical and astrological explanation, and the allegorical, moral and religious explanation. He also analysed how, at the same time, their forms were transformed, with surprising metamorphoses, before returning to antiquity during the Renaissance. New mythographic works were written from the 5th to the 13th century, starting with the ones by Fulgentius and the three Vatican mythographers, and from the beginning of the 14th century, evocations of pagan divinities were multiplying, as much in Latin works – such as Petrarch’s Africa, Boccaccio’s Genealogie deorum gentilium or Pierre Bersuire’s De formis figurisque deorum – as in works written in French, starting with Ovide moralisé, followed by numerous reworkings, some of which contain French adaptations of Bersuire’s text. The pagan Greek or Greco-Latin divinities, which rarely appeared in the first ancient novels and in the first French Universal Histories, were then used in a variety of textual universes: numerous Universal Histories and Chronicles, historico-fictional works, novels, didactic works about a wide range of topics, poetic works, epics, new translations of ancient texts, books of emblems, mythographic treatises… Among these, a large amount of new works specifically dedicated to the ancient gods were written at the end of this period. Finally, throughout this period, exploiting new sources, from the fifteenth century, in the French language, contributed to this renewal.

The many texts in which these divinities appear, in the illustrations of manuscripts and printed books, give them a new life rather than survival, or to say it more accurately: new lives. They are represented in many different forms of writing and in many different environments, some of them are far removed from the ancient world. The metamorphoses of their forms in relation to ancient traditions, which are very varied but not always present, accompany their integration into these diverse contexts. New “adventures” were sometimes invented for them, and even, albeit exceptionally, new ancient gods were invented. The composition of treatises, exclusively devoted to them, reveals new analyses.

Based on case studies on one or more divinities, the workshops will be devoted to analyses of the multiplicity of representations, interpretations, and uses of these ancient divinities over the three centuries under consideration, by combining permanence and renewal, repetition and variation, continuity and innovation. They will provide the opportunity to extend research works on the ways and reasons for this multiplied presence of ancient divinities: why did these authors inspire news stories into the memory of ancient gods, why and how is it possible to give them back such a presence, why did they bring them back to life?

The submitted papers, based on works written in Latin, French, or Italian, may deal with the following themes, which do not exhaust the range of possibilities :

-Textual representations of Greek divinities, and how forms of writing are used – description, narrative, commentary.

-From translation and compilation to adaptation and invention: reconfigurations of inherited knowledge

-The literary contexts in which authors develop these textual images

-The cultural and political contexts and debates in which authors take on these divinities

-The interpretations of these divinities and the various purposes for which they are evoked – political, ethical, religious, scientific, poetic ones.

-The visual representations of these divinities in manuscripts and then printed books : how they are depicted and it does mean, how these representations are linked with other forms of artistic representation devoted to them

-The links between texts and images in manuscripts and printed matter

-The actualizing/anachronistic appropriation or, on the contrary, the view of Antiquity and its otherness reflected in the textual and visual images of these divinities

– The circulation, reception, and transformation of these representations from the 12th to the 16th century: the transmission and renewal of the memory of these divinities

-How these divinities are transposed into new worlds

For workshops held at the Arsenal Library (Wednesday, May 29th, 2024), submitted papers related to works preserved in the Arsenal Library come first.

Please submit a short abstract (200-300 words and a title) before January 15th, 2024 to Catherine Gaullier-Bougassas at the following two addresses:

catherine-bougassas@orange.fr

catherine.gaullier-bougassas@unicaen.fr

Travel and accommodation costs will be covered according to the terms of the University of Lille.

The papers will be published by Brepols publishers, in the “Research on Antiquity Receptions” series : http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=RRA

[1] Jean Seznec, La survivance des dieux antiques. Essai sur le rôle de la tradition mythologique dans l’humanisme et dans l’art de la Renaissance, Paris, Flammarion, 1993, foreword to the second edition, p. 11.



Citer ce billet
carolinecrepiat (2023, 15 novembre). Colloque « Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale : Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle ». AGRELITA Project ERC Advanced Grant. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/au2l

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.