Archives de catégorie : Blog

Lorsque la démocratie vire à la démagogie : une lecture d’Aristote par Nicole Oresme

[Par Nicole Hochner, Maître de Conférences à l’Université Hébraïque de Jérusalem, chercheuse invitée en résidence ERC AGRELITA]

Dédicace au roi, frontispice des Politiques, traduction par Nicole Oresme, Rouen, Bibliothèque municipale de Rouen, ms. I 2, fol. 186 (détail). ©BnF, Gallica.

Saviez-vous que le manuscrit le plus ancien de la traduction en français des Politiques d’Aristote par Nicole Oresme (c. 1320-1382, collection privée, volume cité notamment par A.D. Menut comme manuscrit B dans l’édition du Livre de Politiques, 1970, p. 34) a appartenu à la collection particulière de M. de Waziers conservée au château du Sart, dans la métropole de Lille (lien)? À Lille, on peut aussi consulter un imprimé de cette traduction et de celle des Economiques, conservé à la médiathèque Jean Lévy (lien). Cet incunable, sorti des presses du fameux Antoine Vérard en 1489, démontre, s’il le fallait, la postérité et l’importance des traductions d’Aristote, qui, pour certains textes, les avaient rendus accessibles en français pour la première fois.

Le livre des Politiques d’Aristote, traduction par Nicole Oresme, Paris, Antoine Caillaut et Guy Marchant pour Antoine Vérard, 1489, f. 6. ©BnF, Gallica.
Continuer la lecture de Lorsque la démocratie vire à la démagogie : une lecture d’Aristote par Nicole Oresme

Le poète aveugle : d’Homère à Camões

[Par Lorena Lopes, Maître de Conférences à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro, chercheuse invitée en résidence ERC AGRELITA]

La tradition grecque, riche en exempla, dépeint Homère comme un poète aveugle. Cette image est présente déjà dans l’Odyssée à travers la figure de l’aède Démodocos qui chante quelques épisodes de la guerre de Troie aux Phéaciens et au naufragé encore inconnu, Ulysse :

Le héraut reparut, menant le brave aède à qui la Muse aimante avait donné sa part et de biens et de maux, car, privé de la vue, il avait reçu d’elle le chant mélodieux. (Odyssée VIII.62-64)

La cécité n’est pas une simple caractéristique parmi d’autres dans les vers qui présentent l’aède. C’est précisément parce qu’il est aveugle qu’il est poète et c’est à partir de cette image qu’est construite celle d’Homère. L’image du poète aveugle deviendra l’archétype du poète par excellence par le biais d’autres mentions dans le répertoire grec. En effet, Platon cite dans le Phèdre [243a-244b], l’histoire d’Homère et de Stésichore. Ces derniers, ayant commis la faute de parler avec sévérité d’Hélène, faisant porter sur elle la culpabilité de la guerre, sont punis par Aphrodite qui leur ôte la vue. Stésichore compose alors un chant de désaveu ; par conséquent la vue lui est rendue par la déesse, alors qu’Homère en demeure privé.

Thucydide affirme qu’Homère, dans un Hymne à Apollon, parle de lui-même comme d’un poète aveugle (La Guerre du Péloponnèse III.104). Le fait corrobore ce que l’Odyssée dit de Démodocos. L’historien, cherchant à construire un récit qui ne s’apparente pas à de la poésie, note que cette caractéristique de la biographie d’Homère aurait compromis le principal critère de véracité, selon lui, qui repose sur la vue. D’après Thucydide, en effet, celui qui raconte le passé est censé avoir vu ce qu’il raconte ou, du moins, avoir écouté des témoignages oculaires. L’autopsie, c’est-à-dire voir de ses propres yeux, est fondamentale pour raconter le ‘vrai’ passé (I.22), qui n’est certes pas le but des poètes, mais doit être le but des historiens.

Ce n’est donc sans doute pas un hasard si l’image du poète portugais par excellence, Luís Vaz de Camões – ou du moins celle que la tradition portugaise a choisie pour le représenter –, est celle d’un poète aveugle d’un œil : Continuer la lecture de Le poète aveugle : d’Homère à Camões

A translation of Xenophon’s Cyropaedia in Italian vernacular (Bibliothèque municipale de Lille, circa 1470, Ms. 324)

[Par Cecilia Sideri, chercheuse post-doctorale en littérature italienne à l’Université de Vérone, chercheuse invitée ERC AGRELITA]

During the Middle Ages, the direct knowledge of Classical Greek texts had been almost entirely lost in Western Europe. A systematic process of rediscovery, reception, and re-elaboration of the Greek intellectual heritage first started in Italy around 1397, when the Byzantine Manuel Chrysoloras arrived in Florence and took up the first chair of Greek language of the Early modern Western World. Chrysoloras brought with him several manuscripts containing Greek works unknown to Western Europeans and started teaching Greek to a generation of young humanists. The revival of this language and the gradual diffusion of Greek texts strongly impacted European culture, in nearly every single field of knowledge. However, a solid mastery of Greek was not easy to achieve, and it was attained by very few humanists. A large-scale diffusion of Greek texts became possible only thanks to an intense activity of translation into Latin, undertaken since the beginning of the xvth century by the humanists who had had the opportunity to learn Greek.

This was a crucial step, but still not enough to reach a much wider readership, potentially interested in the rich variety of ‘new’ Greek texts, but unable to access either the originals or Latin versions. Therefore, from the second half of the xvth century onwards, we assist to a wave of vernacularisation of the same Greek works that had been previously translated into Latin. Such vernacularisations (in Italian, French, German, and other European languages) were usually based on pre-existing Latinisations: they are indeed indirect, mediated translations. This circumstance makes them research objects of outstanding interest, especially from a linguistical perspective.

Given their high appeal of novelty (and easy readability!), it is not surprising if the more illustrious rulers around Europe (Kings, Princes, and Lords) aspired to acquire these vernacularisations for their own libraries. The translators, being aware of this interest, often addressed their versions to this type of prestigious dedicatees, as a precious gift aimed at obtaining their patronage and economic reward.

The Bibliothèque Municipale of Lille preserves a remarkable exemplar of vernacularisation of a Greek text, manuscript 324. It contains a translation of Xenophon’s Cyropaedia in Italian vernacular, made by the Florentine humanist Iacopo Bracciolini (1442-1478) in the 1470s. The library offers full digitization of the item. It is worth having a look at it, to get acquainted with the object: https://bm-lille.fr/patrimoine/ead-viewer/a-inventaire_MS/n-D31013524. Continuer la lecture de A translation of Xenophon’s Cyropaedia in Italian vernacular (Bibliothèque municipale de Lille, circa 1470, Ms. 324)

« Monstres » et « monstres moralisés » : Moyen Âge et Humanisme dans la Mer des histoires

[Par Marco Maulu, Maître de Conférences HDR à l’Université de Sassari (Sardaigne), chercheur invité en résidence ERC AGRELITA]

La Mer des histoires est une chronique universelle imprimée à Paris par Pierre Le Rouge pour l’éditeur Vincent Commin en juillet 1488 et en février 1489. Le texte français est la traduction d’une œuvre médiolatine intitulée Rudimentum Noviciorum, imprimée à Lübeck en 1475 par Lucas Brandis de Schatz. Cette dernière est une chronique allant de la création du monde jusqu’à 1473, à travers une subdivision en six âges du monde qui a été également maintenue dans la Mer des histoires :

  1. De la création au déluge universel
  2. Du déluge à Abraham
  3. D’Abraham à David
  4. De David à l’exil du peuple hébreu à Babylone
  5. De la captivité du peuple hébreu à la naissance de Jésus-Christ
  6. L’âge nouveau après l’Incarnation de Jésus.

La traduction française insère dans le sixième âge les Chroniques des Françoys et rallonge la narration jusqu’à l’époque de Louis XI (1483) et à l’avènement de Charles VIII, à qui fut offerte une version de luxe de la Mer des histoires imprimée sur vélin et richement décorée à la main. L’apparat décoratif compte 280 bois pour un total de 1600 illustrations.

Les sources et le contenu sont très variés : la Bible, la description de la Terre sainte de Burchard de Mont-Sion et une vaste section géographique, la mythologie, les biographies des personnalités (rois, érudits, philosophes, personnages bibliques, poètes etc.) les plus importantes de l’Antiquité, jusqu’au Martyrologe d’Usuard qui boucle le second volume.

Continuer la lecture de « Monstres » et « monstres moralisés » : Moyen Âge et Humanisme dans la Mer des histoires

Un refuge au Mont Hélicon – Madeleine Valéry (c. 1573-c. 1625), huguenote et maîtresse de langue française à Leyde

[Par Alisa van de Haar, Maître de Conférences à l’Université de Leyde (Pays-Bas), chercheuse invitée en résidence ERC AGRELITA]

Le seizième siècle fut une période marquée de troubles religieux, politiques et économiques, qui eurent des répercussions sérieuses sur les vies de milliers d’habitants en France et aux Pays-Bas. Parmi les personnes qui virent leur vie bouleversée pendant cette période figure Madeleine (Magdalena) Valéry, née autour de 1573 – peu de temps après le massacre de la Saint-Barthélemy – et fille d’un notaire huguenot. Dans les premières années de sa vie, les Valéry décidèrent de quitter la France et de s’installer aux Pays-Bas, plus favorable à la Réforme. Ainsi commença une vie marquée par la migration et le déplacement : les parents de Madeleine s’installèrent à Middelburg (en Zélande), mais elle fréquentait des écoles à Bruges et Anvers, comme elle l’explique dans son ouvrage. Quand les Pays-Bas méridionaux se transformèrent en champ de bataille pendant la Révolte des Pays-Bas, les Valéry se mirent en route vers Hoorn, dans le nord de la Hollande, avant de s’installer définitivement à Leyde.

Fig. 1,  La page de titre de La montagne des pucelles. Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel, H: P 2138.8° Helmst.
Continuer la lecture de Un refuge au Mont Hélicon – Madeleine Valéry (c. 1573-c. 1625), huguenote et maîtresse de langue française à Leyde

Écho et les dix Sibylles – L’instrumentalisation politique de la Grèce dans la Révolte des Pays-Bas

[Par Alisa van de Haar, Maître de Conférences à l’Université de Leyde (Pays-Bas), chercheuse invitée en résidence ERC AGRELITA]

Vers le milieu du seizième siècle, l’atmosphère aux Pays-Bas devenait de plus en plus tendue. La politique économique menée par le souverain, Philippe II, qui était également roi d’Espagne et résidait le plus souvent sur la péninsule ibérique, était ouvertement critiquée dans les grandes villes commerciales d’Anvers et de Gand. De plus, ses actions répressives contre la présence croissante de pensées protestantes aux Pays-Bas étaient considérées, par beaucoup d’habitants de la région, comme trop sévères. La bombe éclata en 1566, quand de nombreuses personnes dans un grand nombre de villes néerlandaises participèrent à une furie iconoclaste, cassant les objets d’art de sites catholiques. Les décennies suivantes furent marquées par ce qu’on appelle aujourd’hui la Révolte des Pays-Bas ou la Guerre de Quatre-Vingts Ans : une longue et sanglante série de conflits entre des forces insurgées néerlandaises et les troupes du roi espagnol. La guerre ne se termina qu’en 1648, avec la conclusion de la Paix de Münster, qui sépara officiellement les Pays-Bas septentrionaux, demeurant sous le pouvoir royal, de la République des Sept Provinces Unies dans le nord.

La Révolte des Pays-Bas était non seulement un conflit mené par des forces armées, mais encore une guerre de l’information, marquée par un flot constant de publications soutenant l’un ou l’autre camp. Les auteurs de cette production continuelle de textes de propagande renvoyaient fréquemment à la Grèce et surtout à la mythologie classique grecque afin de convaincre leur lectorat de leur point de vue. La Bibliothèque Municipale de Lille possède plusieurs documents qui servent à illustrer cette instrumentalisation politique des références à la Grèce pendant la Révolte des Pays-Bas. Il s’agit de pamphlets et de pièces de théâtre, présentant une grande variété d’approches créatives pour l’usage politique de la mémoire collective concernant la Grèce antique.

Fig. 1, Collection de pamphlets néerlandais, Bibliothèque Municipale de Lille, cote 17534. Photographie personnelle.

Sous la cote 17534 de son fonds patrimonial, la Bibliothèque Municipale possède une collection de 56 pamphlets de différents formats, pour la grande majorité en néerlandais, imprimés entre 1600 et 1608 (Figure 1). Continuer la lecture de Écho et les dix Sibylles – L’instrumentalisation politique de la Grèce dans la Révolte des Pays-Bas

Deux récits de pèlerinage du xve siècle conservés à la Bibliothèque municipale de Lille

[Par Cléo Rager, post-doctorante ERC AGRELITA]

Pour les hommes et les femmes de la fin du Moyen Âge, une des voies d’accès privilégiée à la Grèce ancienne est le voyage, très souvent motivé par la visite d’un lieu de dévotion. Nous avons conservé de nombreux récits de pèlerinage de cette époque, et notamment de la fin du XVe siècle, moment où la stabilité politique et l’essor économique expliquent une reprise des voyages. La Bibliothèque municipale de Lille conserve plusieurs récits de pèlerinage, sous forme manuscrite pour le XVe siècle et imprimée pour le XVIe siècle. Dans cette collection, deux récits manuscrits du XVe siècle, écrits en français, ont retenu notre attention.

Continuer la lecture de Deux récits de pèlerinage du xve siècle conservés à la Bibliothèque municipale de Lille

À la découverte d’un luxueux manuscrit enluminé de la Bibliothèque nationale de France : l’Histoire de Jason de Raoul Lefèvre, Paris, BnF, français 331

[Par Clarisse Evrard, post-doctorante ERC AGRELITA]

Pour explorer le corpus de manuscrits et d’imprimés du projet, l’équipe AGRELITA dispose de nombreux outils en ligne précieux pour les chercheurs, tels que Gallica pour la Bibliothèque nationale de France, Belgica pour la KBR de Bruxelles ou encore le site des manuscrits en ligne de la British Library.

Cependant, il est parfois indispensable de consulter directement le manuscrit : évidemment quand il n’y a aucune numérisation ou qu’elle est de mauvaise qualité, mais surtout quand on veut procéder à une analyse du manuscrit dans sa matérialité et de son décor. Ce sont ces deux raisons conjointes qui ont amené à demander la consultation d’un manuscrit conservé au Département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, le manuscrit français 331 numérisé en noir et blanc sur Gallica.

Image 1 : Salle de consultation du Département des Manuscrits, Paris, BnF, photo personnelle.

Ce billet est ainsi l’occasion de présenter ce luxueux manuscrit de l’Histoire de Jason, texte rédigé vers 1460 par Raoul Lefèvre pour le duc de Bourgogne, Philippe le Bon (le manuscrit autographe et enluminé par Loyset Liédet est également conservé à la BnF : Arsenal, 5067, consultable sur Gallica). Continuer la lecture de À la découverte d’un luxueux manuscrit enluminé de la Bibliothèque nationale de France : l’Histoire de Jason de Raoul Lefèvre, Paris, BnF, français 331

Les Dits moraux des philosophes de Guillaume de Tignonville : un best-seller de la fin du Moyen Âge et du XVIe siècle

À la fin du XIVe siècle ou au tout début du XVe siècle, Guillaume de Tignonville compose en langue française un texte didactique et (pseudo)-historique que les copistes des manuscrits intitulent Dits moraux des philosophes. Il s’agit d’une histoire de la philosophie depuis « Sedechias », un sage dont le nom évoque le dernier roi de Juda, jusqu’au médecin grec Galien (IIe siècle de notre ère). Le terme « philosophe » est employé dans un double sens très large de sage et de savant. Le texte privilégie les philosophes grecs, parmi lesquels Socrate, Aristote, Platon, mais aussi Homère, Esculape ou Alexandre le Grand.

L’apprentissage de la langue grecque n’a pas encore été réintroduit en France au début du XVe siècle. L’auteur n’est donc pas helléniste et il n’a accès à aucun livre grec. L’enseignement qu’il prête aux philosophes grecs, et particulièrement à Platon et Aristote, ne vient pas de leurs ouvrages, même si certains sont déjà connus en France à travers des traductions latines.

Le texte a connu un grand succès : soixante-dix manuscrits ont été jusqu’à présent recensés et neuf impressions de 1477 à 1533. Une traduction en provençal et trois traductions en anglais ont été réalisées : William Caxton imprime la troisième, réalisée par Anthony Woodville, en 1477 sous le titre Dictes and Sayengs of the Philosophres.

Qui est Guillaume de Tignonville ?

Continuer la lecture de Les Dits moraux des philosophes de Guillaume de Tignonville : un best-seller de la fin du Moyen Âge et du XVIe siècle

L’incunable de l’Ovide moralisé en prose par Colard Mansion (Bibliothèque municipale de Lille, 1494, inc F 5)

[Par Clarisse Evrard, post-doctorante ERC AGRELITA]


  • Qu’est-ce qu’un incunable ?

Du latin incunabula (« commencements »), les incunables sont les éditions produites au début de l’imprimerie, soit les livres imprimés en Europe avant 1501. Parmi les premières œuvres figurent naturellement des textes tels que la Bible (le premier incunable est imprimé par Gutenberg en 1454), des textes d’auteurs antiques comme Plutarque et Flavius Josèphe et surtout les Métamorphoses d’Ovide. Différents ateliers se spécialisent dans la production de ces livres : c’est le cas de Colard Mansion à Bruges, d’Antoine Vérard à Paris et de Jean Du Pré à Lyon qui impriment certains des plus beaux incunables de la période. Mentionnons à titre d’exemples un Ovide moralisé en prose pour le premier, les comédies de Térence (Paris, Bibliothèque nationale de France, Inc. 58) pour le deuxième et une Mer des Histoires de 1491 (Lyon, Bibliothèque municipale, Rés Inc 277) pour le dernier.


  • L’Ovide moralisé en prose, une Bible mythologique

C’est une véritable révolution qui s’opère sur le marché du livre qui peut ainsi plus largement se diffuser sous différents formats, parfois accompagné d’illustrations. C’est le cas de l’Ovide moralisé en prose de Colard Mansion dont un exemplaire est conservé dans les fonds patrimoniaux de la Bibliothèque municipale de Lille.

Cronos, Lille, Bibliothèque municipale de Lille, f. 1r. (Photographie de l’autrice.)
Continuer la lecture de L’incunable de l’Ovide moralisé en prose par Colard Mansion (Bibliothèque municipale de Lille, 1494, inc F 5)