Archives de catégorie : Événements

Journée d’études: Les nouvelles vies des divinités grecques (XIVe-XVIe siècle), Bibliothèque de l’Arsenal, 29 mai 2024

 

Journée d’études du mercredi 29 mai 2024

organisée par Catherine Gaullier-Bougassas, en collaboration avec Jérémy Chaponneau

Bibliothèque de l’Arsenal

1, rue de Sully

75004 Paris

Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe : Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle

Précisions importantes :

-Inscription requise avant le 7 mai 2024 :

catherine.gaullier-bougassas@unicaen.fr

-L’arrivée un peu avant 9h à la Bibliothèque de l’Arsenal est impérative pour des raisons de sécurité, les entrées ne seront plus ensuite possibles.

-9h Accueil, par Jérémy Chaponneau, conservateur des manuscrits du Moyen Âge et du XVIe siècle à la Bibliothèque de l’Arsenal

-9h10 Introduction, Catherine Gaullier-Bougassas (Université de Caen Normandie, CRAHAM- UMR 6273, ERC AGRELITA)

-9h20-9h45 Marylène Possamaï-Perez (Université de Lyon 2, CIHAM UMR 5648), « Les nouvelles vies de Bacchus dans l’Ovide moralisé »

-9h45-10h10 Pauline Otzenberger (Université de Lille, ALITHILA UR), « La représentation des dieux dans la traduction française du De formis figurisque deorum : création et postérité »

-10h10-10h25 Discussion

-10h25-10h45 Pause café

-10h45-11h10 Silvère Ménégaldo (Université de Tours, CESR UMR 7323), « Jupiter et Saturne, clés de voûte du panthéon divin dans le livre IV de la Chronique de Jacques de Brézé » 

-11h10-11h35 Catherine Gaullier-Bougassas (Université de Caen Normandie, CRAHAM- UMR 6273, ERC AGRELITA), « Diane dans la Chronique dite de Jacques de Brézé et le Recueil Robertet »

-11h35-11h50 Discussion

-11h50-12h30 Présentation de manuscrits

-Déjeuner pour les conférenciers

-14h30-14h55 Anne D. Hedeman (University of Kansas, chercheuse invitée ERC AGRELITA), « Les divinités dans la traduction française du De casibus de Boccace par Laurent de Premierfait »

-14h55-15h20 Edith Karagiannis-Mazeaud (Université de Strasbourg), « Hermès/Mercure du temps de Budé à celui de la Pléiade et au Balet Comique de la Royne (1581): figurations textuelles, plastiques et festives »

-15h20-15h35 Discussion

-15h35-15h50 Pause

-15h50-16h15 Jérémy Chaponneau (Bibliothèque de l’Arsenal, BnF), « Les divinités dans le cycle iconographique de l’Histoire de la première destruction de Troie (Paris, BnF, Arsenal, ms-5068) »

-16h15-16h 40 Sara Benninga (Tel Aviv University and Bezalel Academy of Art and Design, Jerusalem), « Different Loves: Venus and Diana as Prototypes of Love in the Prints of the Fontainebleau School »

-16h40-17h05 Discussion

-17h05-18h Présentation de manuscrits, imprimés et estampes

e_Affiche_Divinites_grecques_Arsenal

e_Programme_Divinites_Arsenal

Colloque international: Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe (XIVe-XVIe siècle), les 23-24 mai 2024 à l’Université de Caen Normandie

Colloque des 23-24 mai 2024

Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe :  Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle

 

Université de Caen Normandie

MRSH

Salle des Actes

Organisation : Catherine Gaullier-Bougassas

Jeudi 23 mai

-8h45 Accueil

-9h00-9h15-Ouverture, Laurence Jean-Marie, directrice du Craham- UMR 6273 (Université de Caen Normandie)

-9h15-9h25 Introduction, Catherine Gaullier-Bougassas (Université de Caen Normandie, Craham- UMR 6273, ERC AGRELITA)

Session 1 :

-9h25-9h50 : Anne D. Hedeman (University of Kansas, chercheuse invitée en résidence AGRELITA), « Visualizing the pagan gods in early manuscripts supervised by Laurent de Premierfait’s »

-9h50-10h15 : Sara Cusset (Université de Lyon 2, Ciham-UMR 5648 et UCLouvain), « Apothéoses moralisées. Étude comparée des récits d’apothéose et de leurs allégories dans l’Ovide moralisé »

-10h15-10h40 : Charlotte Guionneau (Université de la Sorbonne nouvelle, Ceram), « Présence et statut des dieux antiques dans la cinquième mise en prose du Roman de Troie »

-10h40-11h Discussion

-11h-11h15 Pause café

Session 2 :

-11h15-11h40 : Clément Château (Université de Montpellier 3, Cemm), « Les divinités antiques dans l’œuvre de Guillaume de Machaut »

-11h40-12h05 : Giulia Parma (Université de la Sorbonne nouvelle, Lecemo), « L’interprétation des mythes anciens au service de l’usage littéraire des nymphes : le cas des Genealogie deorum gentilium de Boccace »

12h05-12h15 Discussion

-Déjeuner pour les conférenciers

Session 3 :

-14h30-14h55 : Claudio Castelletti (Università degli Studi di Roma Tor Vergata), « Plantandi leges per me novere coloni. Thalia as muse of agriculture and goddess of nature in Italian Renaissance iconography »

-14h55-15h20 : Nicolas Mazel (Université de Lyon 2, Ciham-UMR 5648), « Des dieux dans une nouvelle ? Enjeux poétiques et génériques de la présence de divinités grecques dans l’Historia de duobus amantibus d’Enea Silvio Piccolomini (1444) »

-15h20-15h45: Dimitrios Roussos (The Warburg Institute), « Behold a God to Seize: The Rediscovery of Kairos in Western Art and Letters »

-15h45-16h  Discussion

-16h-16h15 Pause café

-16h15-16h40 : Alessio Marziali Peretti (Université de Montréal, chercheur invité en résidence AGRELITA), « Les Genealogie de Boccace : un livre à faire tourner »

-16h40-17h05: Stéphanie Dubarry (Paris, EPHE), « L’Apollon de Giraldi : un retour au polythéisme. De Deis gentium historia, VII, 1548 »

-17h05-17h30 Discussion

-Dîner pour les conférenciers

Vendredi 24 mai

Session 4 :

-9h-9h25 : Michail Chatzidakis (Humboldt Universität zu Berlin), «  “Apollo delius“ and “Mercurius Anconitanus”. Cyriacus’ of Ancona transformations of Greek deities between mythografic tradition, antiquarian knowledge and imaginative invention »

-9h25-9h50 : Anne Raffarin (Université de Paris Est Créteil, Lis), « Tamquam mortalibus non tamquam diis : les dieux grecs, des inventeurs comme les autres dans le De inuentoribus rerum de Polydore Virgile ? »

-9h50-10h15 : Sara Petrella (Université de Fribourg), « L’Olympe transformé en pandemonium. Mythologies comparées et survivance des dieux »

-10h15-10h35 Discussion

-10h35-10h50 Pause café

Session 5 :

-10h50-11h15 : Sandra Provini (Université de Rouen, CÉRÉdI), « Reconfiguration ludique du couple de Jupiter et Junon des Métamorphoses aux Contrepistres d’Ovide de Michel d’Amboise (1541) »

-11h15-11h40 : Dariusz Krawczyk (Université de Lille, Alithila, MSCA), « Les nouvelles déesses de François Habert : La Nouvelle Pallas, La Nouvelle Juno (1545) et La Nouvelle Vénus (1546) »

-11h40-12h Discussion

-Déjeuner pour les conférenciers

Session 6 :

-14h30-14h55 : Anne Morvan (Université de Nantes, Lamo), « Dionysos, concurrent malheureux d’Apollon ? Examen des sphères d’influence de ces dieux à partir de la réception des Troyennes d’Euripide au xvie siècle »

-14h55-15h20 : Mattia De Poli (Università di Bologna), « Le dieu “Tu’ Arge Cyllenien”: un cas de contaminatio dans la Médée de J. de La Péruse »

-15h20-16h Discussion et clôture

e_Affiche_Divinites_Unicaen

e_Programme_Divinites_Unicaen

Appel à communication : les nouvelles vies des divinités grecques en Europe, du XIVe au XXe siècle: 15 novembre 2024 à l’École française d’Athènes

Journée d’études coorganisée avec l’École française d’Athènes

Neptune, Libre des échecs amoureux moralisés, Evrard de Conty, BnF, fr. 9197, fol. 154.

Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe :

Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XXe siècle  

Vendredi 15 novembre 2024 à l’École française d’Athènes

Dans son ouvrage célèbre, La survivance des dieux antiques, 1939, Jean Seznec a démontré que la connaissance des dieux grecs n’a pas disparu durant le Moyen Âge et ainsi mis en question l’opposition souvent tracée entre Moyen Âge et Renaissance en Europe occidentale : « L’Antiquité païenne, loin de « re-naître » dans l’Italie du XVe siècle, avait survécu dans la culture et dans l’art médiéval ; les dieux eux-mêmes ne ressuscitent pas ; car jamais ils n’ont disparu de la mémoire et de l’imagination des hommes[1]. » Il a étudié comment au Moyen Âge, les dieux grecs, qui portent alors souvent leurs noms latins, ont survécu grâce aux idées qu’ils ont incarnées et grâce à trois grandes lignes d’interprétation, en grande partie hérités de l’Antiquité – l’explication évhémériste, l’explication physique et astrologique, l’explication allégorique, morale et religieuse. Il a aussi analysé comment, dans le même temps, leurs formes se sont transformées, avec des métamorphoses étonnantes, puis un retour à l’antique à la Renaissance. Dans la littérature latine, de nouveaux ouvrages mythographiques ont en effet été écrits du Ve au XIIIe siècle, à commencer par ceux de Fulgence et des trois mythographes du Vatican, et à partir du début du XIVe siècle, les évocations des divinités païennes se multiplient, tant dans des ouvrages latins, l’Africa de Pétrarque, les Genealogie deorum gentilium de Boccace ou le De formis figurisque deorum  de Pierre Bersuire, que des œuvres écrites dans les langues romanes. Les divinités païennes grecques ou gréco-latines entrent alors dans des univers textuels divers, des histoires universelles et des chroniques nombreuses, des traductions, des œuvres historico-romanesques, des romans, des ouvrages didactiques au contenu divers, des œuvres poétiques, des épopées, de nouvelles traductions des textes antiques, des livres d’emblèmes, des traités mythographiques, des traités spécifiquement consacrés aux dieux antiques… Ces divinités païennes sont dans le même temps aussi présentes dans les textes byzantins et post-byzantins.

Les très nombreux textes où ces divinités apparaissent, avec les illustrations des manuscrits et des imprimés, leur donnent une nouvelle vie plus encore qu’une survie, ou plus exactement de nouvelles vies. Elles sont en effet représentées dans de multiples formes d’écritures et dans des univers tout aussi multiples, dont certains sont éloignés du monde antique. Les transformations de leurs formes par rapport aux traditions antiques, très variées mais non toujours présentes, accompagnent leur intégration dans ces contextes divers.

Dans le même temps, le nouvel intérêt pour les vestiges antiques depuis le XIVe siècle, la réalisation de descriptions, de collections, puis les fouilles de sites antiques et leurs découvertes aux siècles suivants ont conduit à de nouvelles formes de représentation et de compréhension des divinités grecques.

Les journées seront consacrées à des analyses sur les multiplicités des représentations, des interprétations et des exploitations de ces divinités antiques durant les siècles considérés, dans un mélange de permanences et de renouvellement, de répétition et de variation, de continuité et d’innovation. Elles permettront ainsi de prolonger les recherches sur les modalités et les raisons d’une présence démultipliée des divinités antiques : Pourquoi insuffler une nouvelle actualité à leur mémoire, pourquoi et comment leur redonner une telle présence, leur rendre vie ?

Les propositions porteront sur les questions suivantes, qui n’épuisent pas le champ des possibles :

-Les représentations textuelles des divinités grecques, les formes d’écriture – description, récit, commentaire – déployées à leur sujet

-De la traduction et de la compilation à l’adaptation et à l’invention : circulation des savoirs, reconfigurations des savoirs

-Les redécouvertes de représentations antiques (statuaire et autres arts visuels) : nouveaux regards et nouvelles compréhensions des divinités grecques.

-Les contextes littéraires et artistiques dans lesquels les auteurs et les artistes élaborent les images de ces divinités

-Les contextes culturels, politiques, les débats dans lesquels ils s’emparent de ces divinités

-Les interprétations de ces divinités et les finalités diverses de leurs évocations – finalités politiques, éthiques, religieuses, scientifiques, poétiques…

-Les représentations visuelles de ces divinités dans les manuscrits puis les imprimés : leurs figurations et leurs significations, leurs liens avec les autres formes de représentations artistiques qui leur sont consacrées

-Les liens entre textes et images dans les manuscrits et les imprimés

-L’appropriation actualisante/anachronique ou au contraire le regard sur l’Antiquité et son altérité dont les images textuelles et visuelles de ces divinités témoignent

– La circulation, la réception et la transformation des représentations du XIIe au XXe siècle : la transmission et le renouvellement de la mémoire de ces divinités

-La transposition de ces divinités dans de nouveaux univers

 

Les articles issus des contributions seront publiés chez Brepols dans la collection « Recherches sur les Réceptions de l’Antiquité » : http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=RRA.

 

Les propositions sont à adresser (titre et résumé de 200-300 mots, bref cv) avant le 15 mai 2024 à Catherine Gaullier-Bougassas aux adresses suivantes :

catherine-bougassas@orange.fr

catherine.gaullier-bougassas@unicaen.fr

[1] Jean Seznec, La survivance des dieux antiques. Essai sur le rôle de la tradition mythologique dans l’humanisme et dans l’art de la Renaissance, Paris, Flammarion, 1993, préface de la seconde édition, p. 11.

Colloque « Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale : Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle »

 

Jeudi et vendredi 23-24 mai 2024, Caen

Mercredi 29 mai 2024, Bibliothèque de l’Arsenal, Paris

Direction : Catherine Gaullier-Bougassas

(Please find an English version of this call below.)

The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550): How invented memories shaped the identity of European communities

Le projet ERC Advanced Grant AGRELITA organise à Caen les 23 et 24 mai 2024, et à Paris (Arsenal) le 29 mai 2024, des journées d’étude intitulées Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale : Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle.

Dans son ouvrage célèbre, La survivance des dieux antiques, 1939, Jean Seznec a démontré que la connaissance des dieux grecs n’a pas disparu durant le Moyen Âge et ainsi mis en question l’opposition souvent tracée entre Moyen Âge et Renaissance : « L’Antiquité païenne, loin de ‛re-naître’ dans l’Italie du XVe siècle, avait survécu dans la culture et dans l’art médiéval ; les dieux eux-mêmes ne ressuscitent pas ; car jamais ils n’ont disparu de la mémoire et de l’imagination des hommes[1]. » Il a étudié comment au Moyen Âge, les dieux grecs, qui portent alors souvent leurs noms latins, ont survécu grâce aux idées qu’ils ont incarnées et grâce à trois grandes lignes d’interprétation, en grande partie hérités de l’Antiquité – l’explication évhémériste, l’explication physique et astrologique, l’explication allégorique, morale et religieuse –. Il a aussi analysé comment, dans le même temps, leurs formes se sont transformées, avec des métamorphoses étonnantes, puis un retour à l’antique à la Renaissance. De nouveaux ouvrages mythographiques ont en effet été écrits du Ve au XIIIe siècle, à commencer par ceux de Fulgence et des trois mythographes du Vatican, et à partir du début du XIVe siècle, les évocations des divinités païennes se multiplient, tant dans des ouvrages latins, l’Africa de Pétrarque, les Genealogie deorum gentilium de Boccace ou le De formis figurisque deorum  de Pierre Bersuire, que des œuvres écrites en langue française, à partir de l’Ovide moralisé, suivi de nombreux remaniements, dont certains contiennent des adaptations françaises du texte de Bersuire. Les divinités païennes grecques ou gréco-latines, peu présentes dans les premiers romans antiques et dans les premières histoires universelles françaises, entrent alors dans des univers textuels divers, des histoires universelles et des chroniques nombreuses, des œuvres historico-romanesques, des romans, des ouvrages didactiques au contenu divers, des œuvres poétiques, des épopées, de nouvelles traductions des textes antiques, des livres d’emblèmes, des traités mythographiques… Parmi ces derniers, de nouveaux ouvrages dédiés spécifiquement aux dieux antiques s’écrivent en grand nombre à la fin de la période que nous considérons. Enfin tout au long de cette période, l’exploitation de nouvelles sources, à partir du XVe siècle en langue française, contribue au renouvellement.

Continuer la lecture de Colloque « Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale : Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle »

Journée d’étude “Sauver, libérer, régénérer la Grèce du Moyen Âge au XIXe siècle” (Bologne)

Catherine Gaullier-Bougassas, dans le cadre de l’ERC AGRELITA, coorganise avec Roberto Balzani et Elena Musiani (Université de Bologne), la journée d’étude “Sauver, libérer, régénérer la Grèce du Moyen Âge au XIXe siècle”, le 24 novembre 2023!

Lieu : Département d’Histoire de l’Université de Bologne, Aula Gambi, Piazza San Giovanni in Monte 2, Bologne.

PROGRAMME

9h00-12h00

Catherine Gaullier-Bougassas (Université de Lille, ERC AGRELITA), « Une orchestration de voix littéraires à la cour de Bourgogne pour la défense de la Grèce (XVe siècle) »

Marielle Lavenus (Université de Lille, ERC AGRELITA), « Macédoine ou Flandre? Des origines d’un sauvetage et d’un renouveau de la Grèce dans deux fictions romanesques de la cour de Bourgogne au XVe siècle (Bruxelles, KBR 10238 et Paris, BnF, ms. fr. 12566) »

Edith Karagiannis-Mazeaud (Université de Strasbourg, ERC AGRELITA), « Sauver, libérer la Grèce au XVIe siècle: de Janus Lascaris au rôle des voyageurs et des spectacles sous les derniers Valois »

 

15h00-18h00

Francesca Sofia, (Université de Bologne), « La Grecia nel pensiero e nell’azione di Sismondi »

Elena Musiani (Université de Bologne), « De la Grèce à l’Italie : “le cosmopolitisme du national” dans Girolamo Tipaldo de’ Pretenderi »

Roberto Balzani (Université de Bologne), «Le mythe des Thermopyles : la glorieuse défaite dans la culture politique du Risorgimento »

Intervention salvatrice et décisive du chevalier vert, Manuscrit de Florimont, BnF, fr. 12566, fol. 166 v ©Gallica

Appel à candidatures «Chercheurs invités en résidence » 2024

(Please scroll down for an English version.)

Dans le cadre du Projet ERC Advanced Grant AGRELITA n° 101018777, « The reception of ancient Greece in pre-modern French literature and illustrations of manuscripts and printed books (1320-1550): how invented memories shaped the identity of European communities », dirigé par Prof. Catherine Gaullier-Bougassas (Principal Investigator), des résidences de chercheurs invités sont à pourvoir.

Cet appel à candidature s’adresse à toute personne, française ou étrangère, titulaire d’un doctorat en lettres, histoire de l’art ou histoire, dont les travaux portent sur l’histoire du livre, l’histoire culturelle et politique, les visual studies ou encore les memory studies, et dont les compétences, enfin, sont complémentaires à celles de l’équipe. En effet, le but de ces résidences est d’ouvrir les réflexions menées par l’équipe, d’élargir son activité scientifique par une interaction avec d’autres chercheurs et d’autres universités. Les chercheurs invités auront quant à eux l’opportunité exceptionnelle de participer à un projet d’ampleur, de mener des activités au sein d’une équipe dynamique dont les activités sont très variées et au sein de l’Université de Lille et du laboratoire ALITHILA où exercent de nombreux spécialistes du Moyen Âge et de la Renaissance, et de publier dans un cadre prestigieux.

Le projet AGRELITA est basé à l’Université de Lille. Situé dans le nord de la France, Lille est une ville au cœur de l’Europe : 35 mn de Bruxelles, 1 h de Paris, 1 h 20 de Londres ou encore 2 h 40 d’Amsterdam et 2h30 d’Aix la Chapelle. Résider dans cette métropole offre la possibilité de découvrir le riche patrimoine médiéval des Flandres et d’effectuer des recherches dans les bibliothèques, musées et archives avoisinants, aux très riches fonds patrimoniaux (Lille, Saint-Omer, Valenciennes, Boulogne-sur-Mer, Cambrai, Arras, Bruxelles). Continuer la lecture de Appel à candidatures «Chercheurs invités en résidence » 2024

Colloque “Métamorphoses et usages d’un même passé et formation des identités en Europe du XIVᵉ siècle jusqu’aux années 1980 : partages, concurrences ou conflits des mémoires” (Programme)

Organisation : Catherine Gaullier-Bougassas
Jeudi 14 septembre et vendredi 15 septembre 2023
Auditorium du Palais des Beaux-Arts de Lille, 18 bis rue de Valmy

 

Nous avons le plaisir de dévoiler le programme du colloque “Métamorphoses et usages d’un même passé et formation des identités en Europe du XIVᵉ siècle jusqu’aux années 1980 : partages, concurrences ou conflits des mémoires”!

 

Jeudi 14 septembre

 

-9h Accueil

-9h15 Ouverture du colloque, Fiona McIntosh-Varjabédian (Université de Lille, Directrice adjointe du laboratoire ALITHILA)

-9h30 Introduction, Catherine Gaullier-Bougassas (Université de Lille, ERC AGRELITA)

 

Conférence d’ouverture:

-9h45-10h25 Alain Schnapp (Paris 1 – Panthéon Sorbonne), « Du réveil des morts au culte des ruines en Occident. XIVe-XVIIIe siècles »

 

Continuer la lecture de Colloque “Métamorphoses et usages d’un même passé et formation des identités en Europe du XIVᵉ siècle jusqu’aux années 1980 : partages, concurrences ou conflits des mémoires” (Programme)

Colloque “Métamorphoses et usages d’un même passé et formation des identités en Europe du XIVᵉ siècle jusqu’aux années 1980 : partages, concurrences ou conflits des mémoires”

Organisé par Catherine Gaullier-Bougassas

Jeudi 14 septembre et vendredi 15 septembre 2023

Auditorium du Palais des Beaux-Arts de Lille

Les 14 et 15 septembre 2023, l’ERC AGRELITA aura le plaisir de vous retrouver au Palais des Beaux-Arts de Lille à l’occasion du colloque “Métamorphoses et usages d’un même passé et formation des identités en Europe du XIVᵉ siècle jusqu’aux années 1980 : partages, concurrences ou conflits des mémoires ”!

Le programme sera diffusé prochainement.

 

Journée d’étude “L’invention d’origines grecques dans les cultures textuelles et visuelles de l’Europe pré-moderne (1100-1600)”/Troisième journée

Organisée par Catherine Gaullier-Bougassas

30 juin 2023

Université de Lille, Campus Pont-de-Bois : Maison de la Recherche

PROGRAMME

-10h30 Accueil

-10h40 Introduction, Catherine Gaullier-Bougassas (Université de Lille, ERC AGRELITA)

-10h50-11h15 Elena Koroleva (Université du Littoral Côte d’Opale), « Les héros grecs à l’origine de l’humanité : Prométhée et Deucalion (re)peuplant la terre » Continuer la lecture de Journée d’étude “L’invention d’origines grecques dans les cultures textuelles et visuelles de l’Europe pré-moderne (1100-1600)”/Troisième journée

Journées d’étude “L’invention d’origines grecques dans les cultures textuelles et visuelles de l’Europe pré-moderne (1100-1600)”

Organisées par Catherine Gaullier-Bougassas

15-16 juin 2023

École supérieure de journalisme de Lille, moyen amphithéâtre

PROGRAMME

 

Jeudi 15 juin

 

  -9h Accueil

-9h10 Introduction, Catherine Gaullier-Bougassas (Université de Lille, ERC AGRELITA) Continuer la lecture de Journées d’étude “L’invention d’origines grecques dans les cultures textuelles et visuelles de l’Europe pré-moderne (1100-1600)”