Archives de catégorie : Appels à contribution

Appel à communication : les nouvelles vies des divinités grecques en Europe, du XIVe au XXe siècle: 15 novembre 2024 à l’École française d’Athènes

Journée d’études coorganisée avec l’École française d’Athènes

Neptune, Libre des échecs amoureux moralisés, Evrard de Conty, BnF, fr. 9197, fol. 154.

Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe :

Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XXe siècle  

Vendredi 15 novembre 2024 à l’École française d’Athènes

Dans son ouvrage célèbre, La survivance des dieux antiques, 1939, Jean Seznec a démontré que la connaissance des dieux grecs n’a pas disparu durant le Moyen Âge et ainsi mis en question l’opposition souvent tracée entre Moyen Âge et Renaissance en Europe occidentale : « L’Antiquité païenne, loin de « re-naître » dans l’Italie du XVe siècle, avait survécu dans la culture et dans l’art médiéval ; les dieux eux-mêmes ne ressuscitent pas ; car jamais ils n’ont disparu de la mémoire et de l’imagination des hommes[1]. » Il a étudié comment au Moyen Âge, les dieux grecs, qui portent alors souvent leurs noms latins, ont survécu grâce aux idées qu’ils ont incarnées et grâce à trois grandes lignes d’interprétation, en grande partie hérités de l’Antiquité – l’explication évhémériste, l’explication physique et astrologique, l’explication allégorique, morale et religieuse. Il a aussi analysé comment, dans le même temps, leurs formes se sont transformées, avec des métamorphoses étonnantes, puis un retour à l’antique à la Renaissance. Dans la littérature latine, de nouveaux ouvrages mythographiques ont en effet été écrits du Ve au XIIIe siècle, à commencer par ceux de Fulgence et des trois mythographes du Vatican, et à partir du début du XIVe siècle, les évocations des divinités païennes se multiplient, tant dans des ouvrages latins, l’Africa de Pétrarque, les Genealogie deorum gentilium de Boccace ou le De formis figurisque deorum  de Pierre Bersuire, que des œuvres écrites dans les langues romanes. Les divinités païennes grecques ou gréco-latines entrent alors dans des univers textuels divers, des histoires universelles et des chroniques nombreuses, des traductions, des œuvres historico-romanesques, des romans, des ouvrages didactiques au contenu divers, des œuvres poétiques, des épopées, de nouvelles traductions des textes antiques, des livres d’emblèmes, des traités mythographiques, des traités spécifiquement consacrés aux dieux antiques… Ces divinités païennes sont dans le même temps aussi présentes dans les textes byzantins et post-byzantins.

Les très nombreux textes où ces divinités apparaissent, avec les illustrations des manuscrits et des imprimés, leur donnent une nouvelle vie plus encore qu’une survie, ou plus exactement de nouvelles vies. Elles sont en effet représentées dans de multiples formes d’écritures et dans des univers tout aussi multiples, dont certains sont éloignés du monde antique. Les transformations de leurs formes par rapport aux traditions antiques, très variées mais non toujours présentes, accompagnent leur intégration dans ces contextes divers.

Dans le même temps, le nouvel intérêt pour les vestiges antiques depuis le XIVe siècle, la réalisation de descriptions, de collections, puis les fouilles de sites antiques et leurs découvertes aux siècles suivants ont conduit à de nouvelles formes de représentation et de compréhension des divinités grecques.

Les journées seront consacrées à des analyses sur les multiplicités des représentations, des interprétations et des exploitations de ces divinités antiques durant les siècles considérés, dans un mélange de permanences et de renouvellement, de répétition et de variation, de continuité et d’innovation. Elles permettront ainsi de prolonger les recherches sur les modalités et les raisons d’une présence démultipliée des divinités antiques : Pourquoi insuffler une nouvelle actualité à leur mémoire, pourquoi et comment leur redonner une telle présence, leur rendre vie ?

Les propositions porteront sur les questions suivantes, qui n’épuisent pas le champ des possibles :

-Les représentations textuelles des divinités grecques, les formes d’écriture – description, récit, commentaire – déployées à leur sujet

-De la traduction et de la compilation à l’adaptation et à l’invention : circulation des savoirs, reconfigurations des savoirs

-Les redécouvertes de représentations antiques (statuaire et autres arts visuels) : nouveaux regards et nouvelles compréhensions des divinités grecques.

-Les contextes littéraires et artistiques dans lesquels les auteurs et les artistes élaborent les images de ces divinités

-Les contextes culturels, politiques, les débats dans lesquels ils s’emparent de ces divinités

-Les interprétations de ces divinités et les finalités diverses de leurs évocations – finalités politiques, éthiques, religieuses, scientifiques, poétiques…

-Les représentations visuelles de ces divinités dans les manuscrits puis les imprimés : leurs figurations et leurs significations, leurs liens avec les autres formes de représentations artistiques qui leur sont consacrées

-Les liens entre textes et images dans les manuscrits et les imprimés

-L’appropriation actualisante/anachronique ou au contraire le regard sur l’Antiquité et son altérité dont les images textuelles et visuelles de ces divinités témoignent

– La circulation, la réception et la transformation des représentations du XIIe au XXe siècle : la transmission et le renouvellement de la mémoire de ces divinités

-La transposition de ces divinités dans de nouveaux univers

 

Les articles issus des contributions seront publiés chez Brepols dans la collection « Recherches sur les Réceptions de l’Antiquité » : http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=RRA.

 

Les propositions sont à adresser (titre et résumé de 200-300 mots, bref cv) avant le 15 mai 2024 à Catherine Gaullier-Bougassas aux adresses suivantes :

catherine-bougassas@orange.fr

catherine.gaullier-bougassas@unicaen.fr

[1] Jean Seznec, La survivance des dieux antiques. Essai sur le rôle de la tradition mythologique dans l’humanisme et dans l’art de la Renaissance, Paris, Flammarion, 1993, préface de la seconde édition, p. 11.

Colloque « Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale : Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle »

 

Jeudi et vendredi 23-24 mai 2024, Caen

Mercredi 29 mai 2024, Bibliothèque de l’Arsenal, Paris

Direction : Catherine Gaullier-Bougassas

(Please find an English version of this call below.)

The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550): How invented memories shaped the identity of European communities

Le projet ERC Advanced Grant AGRELITA organise à Caen les 23 et 24 mai 2024, et à Paris (Arsenal) le 29 mai 2024, des journées d’étude intitulées Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale : Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle.

Dans son ouvrage célèbre, La survivance des dieux antiques, 1939, Jean Seznec a démontré que la connaissance des dieux grecs n’a pas disparu durant le Moyen Âge et ainsi mis en question l’opposition souvent tracée entre Moyen Âge et Renaissance : « L’Antiquité païenne, loin de ‛re-naître’ dans l’Italie du XVe siècle, avait survécu dans la culture et dans l’art médiéval ; les dieux eux-mêmes ne ressuscitent pas ; car jamais ils n’ont disparu de la mémoire et de l’imagination des hommes[1]. » Il a étudié comment au Moyen Âge, les dieux grecs, qui portent alors souvent leurs noms latins, ont survécu grâce aux idées qu’ils ont incarnées et grâce à trois grandes lignes d’interprétation, en grande partie hérités de l’Antiquité – l’explication évhémériste, l’explication physique et astrologique, l’explication allégorique, morale et religieuse –. Il a aussi analysé comment, dans le même temps, leurs formes se sont transformées, avec des métamorphoses étonnantes, puis un retour à l’antique à la Renaissance. De nouveaux ouvrages mythographiques ont en effet été écrits du Ve au XIIIe siècle, à commencer par ceux de Fulgence et des trois mythographes du Vatican, et à partir du début du XIVe siècle, les évocations des divinités païennes se multiplient, tant dans des ouvrages latins, l’Africa de Pétrarque, les Genealogie deorum gentilium de Boccace ou le De formis figurisque deorum  de Pierre Bersuire, que des œuvres écrites en langue française, à partir de l’Ovide moralisé, suivi de nombreux remaniements, dont certains contiennent des adaptations françaises du texte de Bersuire. Les divinités païennes grecques ou gréco-latines, peu présentes dans les premiers romans antiques et dans les premières histoires universelles françaises, entrent alors dans des univers textuels divers, des histoires universelles et des chroniques nombreuses, des œuvres historico-romanesques, des romans, des ouvrages didactiques au contenu divers, des œuvres poétiques, des épopées, de nouvelles traductions des textes antiques, des livres d’emblèmes, des traités mythographiques… Parmi ces derniers, de nouveaux ouvrages dédiés spécifiquement aux dieux antiques s’écrivent en grand nombre à la fin de la période que nous considérons. Enfin tout au long de cette période, l’exploitation de nouvelles sources, à partir du XVe siècle en langue française, contribue au renouvellement.

Continuer la lecture de Colloque « Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale : Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle »

Revue Bien Dire et Bien Aprandre n° 38, 2023

Ovide, Héroïdes, traduction d’Octavien de Saint-Gelais (vers 1505-1510), BnF, Français 874, fol. 179 v.

Catherine Gaullier-Bougassas, dans le cadre de l’ERC AGRELITA, dirige la partie thématique du numéro 38 de la revue Bien Dire et Bien Aprandre, à paraître en 2023.

Le numéro 38 de Bien Dire et Bien Aprandre proposera une réflexion sur les héroïnes païennes de l’Antiquité dans les littératures romanes du XIIe au XVIe siècle.

Il s’agira de s’interroger sur les figures féminines païennes antiques (grecques, romaines, égyptiennes, celtes…) que sélectionnent des auteurs de plus en plus nombreux du XIIe siècle au XVIe siècle, sur leurs représentations textuelles et aussi sur les images visuelles qui leur sont souvent associées dans les manuscrits puis les imprimés.

Continuer la lecture de Revue Bien Dire et Bien Aprandre n° 38, 2023

Colloque international Métamorphoses et usages d’un même passé et formation des identités en Europe du XIVe siècle jusqu’aux années 1980 : partages, concurrences ou conflits des mémoires

(For an English version, please scroll down.)

14-15 septembre 2023, Lille, Palais des Beaux Arts

 Organisation : Catherine Gaullier-Bougassas

Le programme de recherche ERC AGRELITA (The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550) : How invented memories shaped the identity of European communities) est un programme de recherche transdisciplinaire : littérature, histoire de l’art, histoire politique, culturelle et sociale, memory studies, European studies. Il travaille sur les différents modes de réception de l’Antiquité grecque à l’ère prémoderne (1320-1550) et analyse comment la création de mémoires de la Grèce ancienne dans les cultures textuelle et visuelle a été exploitée pour conforter la formation d’identités politiques et culturelles à plusieurs niveaux (local, régional, (pré)-national, transnational et européen) dans l’Europe occidentale des années 1320 aux années 1550.

Avec le colloque de septembre 2023, AGRELITA souhaite élargir la réflexion sur cette question des usages d’un même passé recomposé/réinventé pour la formation d’identités politiques et culturelles à plusieurs niveaux, en l’ouvrant :

-à d’autres passés (antiques, médiévaux ou modernes)

-à une durée plus large de réception et d’exploitation de ces passés, du XIVe siècle jusqu’aux années 1980, et dans toute l’Europe.

Autrement dit, il s’agira d’explorer comment, à la même époque ou à des époques différentes, un même passé réinterprété voire réinventé peut servir à la formation de plusieurs identités politiques : un même passé peut être instrumentalisé pour renforcer l’identité d’une entité politique particulière, fédérer les éléments qui la composent, l’imposer face à d’autres pouvoirs politiques concurrents, ou bien pour unir plusieurs entités politiques, créer une mémoire partagée, supranationale et particulièrement européenne.

Continuer la lecture de Colloque international Métamorphoses et usages d’un même passé et formation des identités en Europe du XIVe siècle jusqu’aux années 1980 : partages, concurrences ou conflits des mémoires

Journées d’étude “L’invention d’origines grecques dans les cultures textuelles et visuelles de l’Europe pré-moderne (1100-1600)”

15 et 16 juin 2023

Direction : Catherine Gaullier-Bougassas     

(Please find an English version of this call below.)

The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550): How invented memories shaped the identity of European communities

Le projet ERC Advanced Grant AGRELITA organise à Lille (École supérieure de journalisme de Lille) les 15 et 16 juin 2023 des journées d’étude intitulées “L’invention d’origines grecques dans les cultures textuelles et visuelles de l’Europe pré-moderne (1100-1600)”.

En 1176, Chrétien de Troyes exprime l’idée d’un héritage dont le berceau serait la Grèce, origine de la « chevalerie » et de la « clergie », dans le célèbre prologue du Cligès : « Ce nos ont nostre livre apris / qu’an Grece ot de chevalerie / le premier los et de clergie » (v. 28-30). Le but d’un tel discours est de s’appuyer sur des origines pour créer une continuité à travers le recours à la translatio imperii et studii, et ainsi légitimer et célébrer le pouvoir et le savoir contemporain à la lumière d’un passé grec. Mais Chrétien de Troyes ne donne pas de contenu précis à ces origines grecques. De nombreux auteurs de l’Europe pré-moderne s’attellent ensuite à leur représentation : ils s’approprient et/ou inventent des origines grecques, puisque ces dernières peuvent renvoyer à des données héritées et souvent réinterprétées, ou bien être fantasmées.

En effet, entre 1100 et 1600, dans les lettres et les arts, le passé grec a permis de créer différents types d’origines. Un exemple est celui de la figure d’Hercule exploitée à travers une grande partie de l’Europe occidentale, dans les images comme dans les textes, pour diverses visées politiques, nationales et dynastiques, sociales et culturelles. Comme l’a souligné Claude-Gilbert Dubois dans l’introduction de son ouvrage, Récits et mythes de fondation dans l’imaginaire culturel occidental (Bordeaux, 2009), se tisse un réseau référentiel autour du triangle formé par le territoire, le personnage et la communauté qui recourent à une origine grecque. Des études sur les origines gentium dans le Haut Moyen Âge, notamment celles de Alheydis Plassman, Origo gentis. Identitäts- und Legitimitätsstiftung in früh- und hochmittelalterlichen Herkunftserzählungen (Berlin, 2006) et de Magali Coumert, Origines des peuples. Les récits du Haut Moyen Âge occidental (550-850) (Paris, 2007), ont porté sur les liens entre écriture de récits d’origines et création de sentiments d’appartenance à une communauté.

Si les origines grecques contribuent souvent à une justification politique, elles peuvent aussi poursuivre d’autres desseins, particulièrement dans les récits et les images d’invention ou d’instauration d’une donnée culturelle, artistique, scientifique ou sociale, d’une institution politique, juridique ou intellectuelle. Pour donner quelques exemples, pensons à l’origine des arts libéraux, de la peinture, de la fable, des universités, des académies… Des liens étroits existent ainsi entre origine(s) et héritage, et invitent à interroger la notion d’origine / d’origines en la distinguant de celle, plus générale, d’héritage, et en étudiant les sens qu’elle recouvre pour les auteurs et les artistes de l’Europe pré-moderne.

La fondation de la Corogne par Hercule : “Hercule et messager de Carthagène” (Paris, BnF, Français 22552, f. 171).
Continuer la lecture de Journées d’étude “L’invention d’origines grecques dans les cultures textuelles et visuelles de l’Europe pré-moderne (1100-1600)”

Journées d’études Créer une mémoire des passés antiques : Choix, constructions et transmissions du IXe au XVIIIe siècle

13 et 14 octobre 2022

Direction : Catherine Gaullier-Bougassas     

(Please find an English version of this call below.)

The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550): How invented memories shaped the identity of European communities

Le projet ERC Advanced Grant AGRELITA organise à Paris (Bibliothèque Sainte-Barbe) les 13 et 14 octobre 2022 des journées d’études intitulées « Créer une mémoire des passés antiques ».

Mnémosyne, mère des Muses, incarne le rapport indéfectible entre la mémoire, les arts et les sciences. Ce mythe invite à un questionnement couvrant une large période, dès lors qu’on étudie la mémoire des passés antiques – égyptiens, grecs, romains, bibliques… – dans les textes et les images. En portant un regard transdisciplinaire sur la mémoire, de l’anthropologie aux visual studies en passant par l’histoire, la sociologie, la littérature et les sciences cognitives, il s’agira d’explorer les stratégies de la création d’une mémoire des passés antiques, et d’éclairer les processus contribuant à la constitution de passés lointains comme héritage, alors que cette appropriation ne va pas de soi : un rapport d’altérité existe en effet, sous des formes et à des degrés divers, entre le présent et ces/ses passés antiques en raison de discontinuités non seulement temporelles mais aussi spatiales, documentaires ou religieuses et culturelles.

De fait, depuis plusieurs décennies, les recherches sur la mémoire ont connu un essor exceptionnel au sein de multiples disciplines. Les concepts et les approches, tels que la mémoire individuelle et la mémoire collective, la mémoire culturelle, la mémoire sociale, les lieux de mémoire, les liens entre mémoire matérielle et immatérielle, les échanges entre mémoire et imagination, les mécanismes cognitifs à l’œuvre dans la mémoire, ont fourni de nouvelles clés de lecture pour comprendre les formes et les usages de la (des) mémoire(s) au sein des communautés.

Notre objectif est ainsi de poursuivre la réflexion sur ces notions en analysant les modalités de création d’une mémoire des passés antiques, selon une chronologie allant du IXe siècle, période d’intense activité créatrice et de redécouverte de textes anciens en Europe occidentale mais aussi de densification de la mémoire écrite, jusqu’au XVIIIe siècle, où l’Antiquité est particulièrement mobilisée, autant dans les arts, avec la naissance de l’archéologie et le néoclassicisme, que dans les discours politiques.

Giovanni Paolo Pannini, Galerie avec vues de la Rome moderne, 1757 (The Met Museum, New York).
Continuer la lecture de Journées d’études Créer une mémoire des passés antiques : Choix, constructions et transmissions du IXe au XVIIIe siècle

Journées d’étude Nouvelles traductions et réceptions indirectes de la Grèce ancienne (textes et images, 1300-1560)

 Jeudi 15 septembre et vendredi 16 septembre 2022

Jeudi 19 janvier et vendredi 20 janvier 2023

Direction : Catherine Gaullier-Bougassas

(Please find an English version of this call below.)

The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550): How invented memories shaped the identity of European communities

Le projet AGRELITA étudie la réception de la Grèce ancienne dans un corpus d’œuvres écrites en français de 1320 aux années 1550 et dans les illustrations de leurs manuscrits et de leurs imprimés. C’est seulement à partir des années 1550 que commence l’essor des traductions directes du grec au français. Du début du XIVe siècle jusqu’au milieu du XVIe siècle, les auteurs en langue française et les artistes qui illustrent les manuscrits et les imprimés de leurs œuvres, sauf exception, n’ont aucune connaissance directe d’œuvres grecques. Les savoirs sur la Grèce ancienne qu’ils transmettent et réinventent dans leurs textes et dans leurs images sont des savoirs médiatisés par des filtres divers. Leur réception est indirecte, elle prend appui sur des œuvres antérieures, textuelles et iconographiques, dont les représentations de la Grèce ancienne sont déjà le fruit d’une ou de plusieurs réceptions.

Les journées d’étude de septembre 2022 et de janvier 2023 seront consacrées à l’analyse, à l’intérieur de ce corpus, des nouvelles traductions et adaptations en langue française d’œuvres latines qui véhiculent des savoirs sur la Grèce ancienne, sous des formes diverses. Ces œuvres latines qu’adaptent les auteurs français des années 1300-1550 sont pour une part des œuvres antiques et médiévales qui ne sont pas des traductions, et pour une part des traductions ou adaptations d’œuvres grecques, avec parfois plusieurs transferts linguistiques à partir du grec. Elles sont très diverses : des textes antiques (Ovide, Virgile, Boèce, Augustin, Darès…) jusqu’aux traductions humanistes latines d’œuvres grecques réalisées en Italie et aux Pays-Bas aux XVe et XVIe siècles, en passant par des œuvres latines médiévales originales (i. e. non des traductions, Vincent de Beauvais, Troisième Mythographe du Vatican, Pétrarque, Boccace, l’auteur du Rudimentum novitiorum…), des traductions latines du français (Guido delle Colonne) et des traductions arabo-latines et arabo-hispano-latines (Aristote, Dits moraux des philosophes…).

Continuer la lecture de Journées d’étude Nouvelles traductions et réceptions indirectes de la Grèce ancienne (textes et images, 1300-1560)

Séminaire Représenter et nommer la Grèce et l’espace grec, du XIVe au XVIe siècle

Direction Catherine Gaullier-Bougassas

Projet ERC AGRELITA « The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed books (1320-1550): how invented memories shaped the identity of European communities »

Université de Lille

(Please find an English version of this call below.)

Le séminaire portera sur les représentations de l’espace grec, ancien et  « moderne », dans des œuvres textuelles et iconographiques (les illustrations des manuscrits et des imprimés) du XIVe au XVIe siècle. En privilégiant des œuvres latines, françaises et italiennes, écrites principalement en Italie, en France, dans les Pays-Bas bourguignons et en Grèce, on  étudiera comment les auteurs et les artistes figurent textuellement et visuellement la géographie de la Grèce / de l’espace ou des espaces grec(s), quelle onomastique ils choisissent, quels sites ils mettent en valeur.

Continuer la lecture de Séminaire Représenter et nommer la Grèce et l’espace grec, du XIVe au XVIe siècle

Représenter et nommer la Grèce et l’espace grec du XIVe au XVIe siècle

Journée d’études du 1er octobre 2021

Université de Lille

(Please find an English version of this call below.)

La journée d’études portera sur les représentations de l’espace grec, ancien et  « moderne », dans des œuvres textuelles et iconographiques du XIVe au XVIe siècle. En privilégiant des œuvres latines, françaises et italiennes, écrites principalement en Italie, en France, dans les Pays-Bas bourguignons et en Grèce, on  étudiera comment les auteurs et les artistes figurent textuellement et visuellement la géographie de la Grèce / de l’espace ou des espaces grec(s), quelle onomastique ils choisissent, quels sites ils mettent en valeur.

Continuer la lecture de Représenter et nommer la Grèce et l’espace grec du XIVe au XVIe siècle