Publication : Représenter et nommer la Grèce et les Grecs (XIVe-XVIe siècle), éd. C. Gaullier-Bougassas (Brepols)

Le premier volume collectif de l’ERC AGRELITA, Représenter et nommer la Grèce et les Grecs (XIVe-XVIe siècle), dirigé par Catherine Gaullier-Bougassas, vient de paraître chez Brepols!

Que représentent la Grèce et les Grecs, pour les auteurs et les artistes des XIVe au XVIe siècle, en Europe occidentale ? Le présent volume explore cette question du point de vue de la perception et de l’imagination spatiales et géographiques. Il porte ainsi sur les représentations de l’espace grec, ancien et « moderne » du XIVe au XVIe siècle.

Le sommaire: Continuer la lecture de Publication : Représenter et nommer la Grèce et les Grecs (XIVe-XVIe siècle), éd. C. Gaullier-Bougassas (Brepols)

Colloque « Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale : Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle »

 

Jeudi et vendredi 23-24 mai 2024, Caen

Mercredi 29 mai 2024, Bibliothèque de l’Arsenal, Paris

Direction : Catherine Gaullier-Bougassas

(Please find an English version of this call below.)

The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550): How invented memories shaped the identity of European communities

Le projet ERC Advanced Grant AGRELITA organise à Caen les 23 et 24 mai 2024, et à Paris (Arsenal) le 29 mai 2024, des journées d’étude intitulées Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale : Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle.

Dans son ouvrage célèbre, La survivance des dieux antiques, 1939, Jean Seznec a démontré que la connaissance des dieux grecs n’a pas disparu durant le Moyen Âge et ainsi mis en question l’opposition souvent tracée entre Moyen Âge et Renaissance : « L’Antiquité païenne, loin de ‛re-naître’ dans l’Italie du XVe siècle, avait survécu dans la culture et dans l’art médiéval ; les dieux eux-mêmes ne ressuscitent pas ; car jamais ils n’ont disparu de la mémoire et de l’imagination des hommes[1]. » Il a étudié comment au Moyen Âge, les dieux grecs, qui portent alors souvent leurs noms latins, ont survécu grâce aux idées qu’ils ont incarnées et grâce à trois grandes lignes d’interprétation, en grande partie hérités de l’Antiquité – l’explication évhémériste, l’explication physique et astrologique, l’explication allégorique, morale et religieuse –. Il a aussi analysé comment, dans le même temps, leurs formes se sont transformées, avec des métamorphoses étonnantes, puis un retour à l’antique à la Renaissance. De nouveaux ouvrages mythographiques ont en effet été écrits du Ve au XIIIe siècle, à commencer par ceux de Fulgence et des trois mythographes du Vatican, et à partir du début du XIVe siècle, les évocations des divinités païennes se multiplient, tant dans des ouvrages latins, l’Africa de Pétrarque, les Genealogie deorum gentilium de Boccace ou le De formis figurisque deorum  de Pierre Bersuire, que des œuvres écrites en langue française, à partir de l’Ovide moralisé, suivi de nombreux remaniements, dont certains contiennent des adaptations françaises du texte de Bersuire. Les divinités païennes grecques ou gréco-latines, peu présentes dans les premiers romans antiques et dans les premières histoires universelles françaises, entrent alors dans des univers textuels divers, des histoires universelles et des chroniques nombreuses, des œuvres historico-romanesques, des romans, des ouvrages didactiques au contenu divers, des œuvres poétiques, des épopées, de nouvelles traductions des textes antiques, des livres d’emblèmes, des traités mythographiques… Parmi ces derniers, de nouveaux ouvrages dédiés spécifiquement aux dieux antiques s’écrivent en grand nombre à la fin de la période que nous considérons. Enfin tout au long de cette période, l’exploitation de nouvelles sources, à partir du XVe siècle en langue française, contribue au renouvellement.

Continuer la lecture de Colloque « Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale : Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle »

Journée d’étude “Sauver, libérer, régénérer la Grèce du Moyen Âge au XIXe siècle” (Bologne)

Catherine Gaullier-Bougassas, dans le cadre de l’ERC AGRELITA, coorganise avec Roberto Balzani et Elena Musiani (Université de Bologne), la journée d’étude “Sauver, libérer, régénérer la Grèce du Moyen Âge au XIXe siècle”, le 24 novembre 2023!

Lieu : Département d’Histoire de l’Université de Bologne, Aula Gambi, Piazza San Giovanni in Monte 2, Bologne.

PROGRAMME

9h00-12h00

Catherine Gaullier-Bougassas (Université de Lille, ERC AGRELITA), « Une orchestration de voix littéraires à la cour de Bourgogne pour la défense de la Grèce (XVe siècle) »

Marielle Lavenus (Université de Lille, ERC AGRELITA), « Macédoine ou Flandre? Des origines d’un sauvetage et d’un renouveau de la Grèce dans deux fictions romanesques de la cour de Bourgogne au XVe siècle (Bruxelles, KBR 10238 et Paris, BnF, ms. fr. 12566) »

Edith Karagiannis-Mazeaud (Université de Strasbourg, ERC AGRELITA), « Sauver, libérer la Grèce au XVIe siècle: de Janus Lascaris au rôle des voyageurs et des spectacles sous les derniers Valois »

 

15h00-18h00

Francesca Sofia, (Université de Bologne), « La Grecia nel pensiero e nell’azione di Sismondi »

Elena Musiani (Université de Bologne), « De la Grèce à l’Italie : “le cosmopolitisme du national” dans Girolamo Tipaldo de’ Pretenderi »

Roberto Balzani (Université de Bologne), «Le mythe des Thermopyles : la glorieuse défaite dans la culture politique du Risorgimento »

Intervention salvatrice et décisive du chevalier vert, Manuscrit de Florimont, BnF, fr. 12566, fol. 166 v ©Gallica